:)
04 Mars 2014

Helium Horse Fly

Helium Horse Fly

par Jean-Philippe Haas

Après deux EP sortis en 2010 et 2011, Helium Horse Fly est le premier album du groupe belge du même nom. Sombres et hypnotiques, les compositions des quatre musiciens sont centrées sur le chant magnétique de Marie Billy, tout en incantations et psalmodies désespérées. Autour de cette ensorcelante voix cristalline se développent des passages instrumentaux dirigés par la guitare délicate ou bruyante de Stéphane Dupont, et parfois par un piano dépouillé et expressif. Tapie dans l’ombre, préparant l’embuscade, la section rythmique joue autant la discrétion qu’elle pilonne ou mitraille sans prévenir. Atmosphérique, erratique, maniant la montée en puissance et les explosions de noirceur, la musique anxiogène de Helium Horse Fly évoque quelquefois Kayo Dot, en plus sobre, sans les effets inutiles, et illustrerait à merveille un film fantastique ou surréaliste en noir et blanc, à l’image du visuel utilisé pour illustrer le digipack. Le groupe ne craint pas d’embarquer pour des voyages dépassant les dix minutes à la destination incertaine, tels « Adrift » et « Breaches », qui malmènent considérablement la sérénité de l’auditeur par une suite de moments vaporeux et de déluges sonores létaux. Destiné à ceux pour qui la musique n’est pas compatible avec la joie de vivre, ce disque envoûtant, quasi gothique, laissera selon toute probabilité une marque troublante dans leur esprit.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir