:)
25 Octobre 2013

Karda Estra

Mondo Profondo

par Jean-Philippe Haas

Un temps chez Cyclops Records puis en autoproduction, Richard Wileman compte aujourd’hui parmi les artistes du label Believers Roast. L’occasion pour lui de donner une existence physique à l’excellent New Worlds, seul album de Karda Estra à n’être paru qu’en format digital. Comble du bonheur, il cohabite sur le même CD avec le tout nouveau Mondo Profondo !

Les six titres de ce dernier se partagent en deux catégories : il y a d'une part le triptyque éponyme, inspiré plus ou moins directement de la musique « mondo », genre cinématographique italien né dans les années soixante. Plus nostalgique qu’inquiétant, cette composition collective se rapproche davantage de New Worlds, et se fait presque joyeuse (mais « presque » seulement) sur « Mondo Profondo I » avec son groove de bossa nova pervertie. D'autre part, on trouve trois titres dans l'esprit d'un Karda Estra plus typique des premiers disques : ambiances surnaturelles, éthérées, où l'angoisse transpire au travers de mélopées lancinantes et de voix célestes. Ainsi, « On Those Cloudy Days » rend hommage au roman plusieurs fois porté à l’écran de Richard Matheson « Je suis une légende ». Anxiogène, cette pièce au rythme aussi discret qu’inexorable, développe une atmosphère gothique, à l’instar de « The Happy Breed » et « The Haunter of The Dark », inspirés eux aussi d’histoires fantastiques ou de science-fiction.

Pour avoir donné ces dernières années une place plus importante à l’électricité, Wileman atteint ici une sorte d’équilibre savant entre instruments de chambre classiques (clarinette, flûte, hautbois, …) et instruments amplifiés modernes (guitare électrique, basse, synthétiseur…). Alors, deux pour le prix d’un : pourquoi se priver ? Les sceptiques pourront toujours, avant de se jeter à l’eau, écouter ou télécharger gratuitement la compilation « An Introduction To Karda Estra » disponible sur Bandcamp, et succomber au charme particulier d’une musique inédite et hors du temps, indifférente aux soubresauts des modes éphémères.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir