:)
20 Septembre 2013

Jupiter Society

From Endangered To Extinct

par Jean-Philippe Haas

Les deux premiers albums de Jupiter Society mettaient en scène des Terriens aux prises avec la menace extra-terrestre, dans une atmosphère sombre et glaciale. Carl Westholm en veut visiblement à la race humaine, car ce troisième volet en scelle le destin : l’Humanité vit ses dernières heures, condamnée à l’annihilation totale, irrémédiablement, sans que se dessine le moindre espoir. Une fois accepté ce concept un peu rude, on est prêt à se plonger dans six titres d’un metal lourd, souvent lent et martial, orné de claviers sinistres, cerné de froideur électronique, et d’où suinte à chaque instant la tragédie qui se prépare.

Le compositeur/claviériste suédois s’est une fois encore soigneusement entouré, et notamment de quelques compatriotes comme Fredrik Åkesson (Opeth), Mats Levén et Leif Edling (Candlmass). A l’instar des compositions anxiogènes du chairman, ainsi qu’il se nomme lui-même, le chant contribue au moins autant à obscurcir le tableau. Les lamentations affectées de Levén et d’Öivin Tronstad expriment une complète absence de compassion. De même, on ne perçoit aucune sollicitude féminine dans les intonations Cia Backman, qui ne dénotent guère de ce climat étouffant. Les chœurs plaintifs donnent le coup de grâce et dépouillent la scène de toute trace d’espérance qui aurait miraculeusement subsisté.

From Endangered To Extinct fascine autant qu’il effraie. Piégé par l’hypnotisme de cet opéra pessimiste, on se laisse aller contre son gré à partager le deuil. Alors, après une conclusion aussi funeste, que reste-il à raconter ? Si on peut se demander comment Jupiter Society peut survivre à l’Armageddon, il ne fait aucun doute que Westholm a encore beaucoup de choses à dire, et qu’il ne s’en privera pas probablement pas au travers de ses autres projets, tels Krux et Carptree.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir