:)
22 Août 2013

Marvin

Barry

par Aleksandr Lézy

Acharné de tournées à travers la France, Marvin n’en a pourtant pas délaissé la création. Fort d’une expérience acquise sur les kilomètres de bitume, le power-trio de Montpellier accentue son ascension vers les sommets du math rock electro.
Avec Hangover the Top, Marvin a su créer la sensation en 2010 dans le milieu noise rock. Pourtant, il ne fut pas évident d’assumer l’alliance entre la guitare et les synthétiseurs immédiatement, du genre qui de nous deux ? Aujourd’hui, avec Barry, aucun doute, le power trio ne s’est pas trompé de direction et trace sa route avec la ferme intention de débroussailler les pelouses sèches.

Chaque morceau du gros Barry marque aussi bien une progression instrumentale qu’une évolution, voire une maturation du groupe. Marvin s’affirme bel et bien en exagérant tous les aspects de son jeu, aboutissant à un rock évolué, puissant, intelligent, associé à l’élégance des sons analogiques, ce qu’il faisait déjà auparavant. Cependant, une véritable thermochimie s’opère entre les instruments, équilibrant les apparitions et la place de chacun.
On peut parler de symbiose sur cet album. Tout parait simple et fluide, peut-être un poil plus direct que sur Hangover the Top. La production manque tout de même un peu de relief. Les morceaux n’en ressortent toutefois pas affaiblis grâce à une écriture privilégiant l’efficacité à la complexité. Et les rares apparitions de voix ajoutent ce regain d’innocente agressivité.

Pas grand-chose de plus à redire sur Barry, si ce n’est que tout a été bien œuvré, ouvragé. Marvin provoque les événements, les simplifie, les rend plus digestes et plus affirmés. C’est donc un constat très positif pour cet album sans concessions apparentes et à l’énergie fédératrice.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir