:|
26 Juin 2013

Arena

Rapture

par Jean-Philippe Haas

Clive Nolan est un monsieur très affairé dont les projets personnels (Caamora et autres Alchemy, notamment), ont quelque peu relégué au second plan ses deux groupes Pendragon et Arena. Pour ce dernier, ces atermoiements ont plutôt été une bonne chose car Pepper’s Ghost (2005) et The Seventh Degree of Separation (2012) sont de bons crus. Rapture, qui vient en appui du récent album, est le troisième DVD des Britanniques, réalisé en Pologne comme les précédents, dans l’incontournable Teatr Śląski à Katowice, fief des productions Metal Mind.

Quelques changements de personnel ont eu lieu depuis le dernier enregistrement, Smoke & Mirrors (2006). L’ex IQ John Jowitt tient aujourd’hui le poste de Ian Salmon, présent à la basse depuis les débuts du groupe en 1995 et Paul Manzi devient le quatrième dépositaire du micro, place longuement occupée par Rob Swoden qu’on a fini par croire inamovible. C’est évidemment The Seventh Degree of Separation qui est mis à l’honneur pendant ce concert, tandis que Songs from The Lion’s Cage et The Visitor sont en toute logique bien représentés également. Le reste de la setlist se répartit plus ou moins équitablement entre les autres albums.

Le spectacle d’Arena ne table guère sur le jeu de scène (le lieu ne s’y prête pas vraiment et l’équipe n’est pas à proprement parler des plus charismatique !) ni sur la technique, mais sur l’emphase dégagée par les compositions. Si les cinq se lâchent un peu à partir de « Solomon », tout cela reste assez statique dans l’ensemble (bien plus que sur le très vivant Caught In The Act, premier DVD du groupe), et Paul Manzi doit encore prendre ses marques. Moins extraverti que celui qu’il remplace, il n’a cependant rien à lui envier du point de vue vocal. En effet, malgré cette carence en énergie, l’interprétation ne souffre aucune critique et de nouveaux titres comme « What If ? » et « One Last Au Revoir » passent parfaitement le cap de la scène. Le chanteur vient même gratouiller un peu de guitare, à l’instar de son prédécesseur, sur « The Eyes of Lara Moon ».

Côté bonus, hormis les traditionnelles galerie d’images et discographie du groupe, et l’inévitable entrevue avec Nolan et Pointer, le DVD offre un bootleg d’une vingtaine de minutes d’un concert donné à Varsovie en 2011, qui contient « Crack In The Ice », « Don’t Forget To Breathe », « City of Lanterns » et « What If ? ».. Enregistré avec des moyens restreints, il demeure d’une qualité plus qu’honnête pour ce genre de captures « non officielles ».

La réalisation est en roue libre, sur le mode habituel servi par le label polonais, c’est-à-dire dynamique mais pas forcément fluide. Les plans rapprochés ne sont pas toujours judicieux ou au cœur de l’action, et la saturation de lumière bleue n’est pas du meilleur effet. Les productions Metal Mind demeurent reconnaissables à cette patte qui leur donne ce charme si particulier, ce mélange entre une mise en image variée, professionnelle et de petites touches d’amateurisme. Même si Nolan ne jure désormais plus que par Katowice, il serait bien avisé la prochaine fois d’y réfléchir à deux fois s’il ne veut pas que ses produits finissent par tous se ressembler…

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir