:)
14 Juin 2013

Thumpermonkey

Sleep Furiously

par Jean-Philippe Haas

Les Londoniens de Thumpermonkey suivent leur petit bonhomme de chemin depuis une bonne décennie, armés d’un rock puissant, direct et mélodique mais sans formatage, et de ce fait souvent imprévisible. Parmi les caractéristiques notables de leur musique, on trouve des références à la fusion metal, au math- et au post-rock. Ainsi, « When Scouts Go Bad », énergique et maniant adroitement la rupture, rappelle un peu Opposite Day, alors que « Direct » lorgne plutôt du coté de Shaolin Death Squad ou Sleepytime Gorilla Museum. « Wheezyboy » renvoie quant à lui aux débuts de Mike Patton dans Faith No More. Riffs complexes, ruptures, changements de registre vocal, les premiers titres semblent confirmer qu’on est en présence d’un disque typique de l’avant-garde metal prog des années deux-mille. Très musclé dans sa première moitié, Sleep Furiously se radoucit considérablement au fur et à mesure. Sobre et intimiste, « The Rethorician » éclaire cette autre facette du groupe, et les morceaux suivants (« Own », « Toxcatl », « Quiet Earth ») mettent eux aussi l’accent sur les arpèges aériens et la voix souvent suave de Michael Woodman.

Avec pour tout équipement un micro, une basse, deux guitares et une batterie, ces quatre gus nous balancent un disque original, addictif, qui cache bien des surprises. Sont-ils condamnés à rester dans la confidentialité et à sortir des disques, inlassablement, à l’insu du plus grand nombre ? Ou au mieux aquerront-ils petit à petit un statut de groupe « culte » ? Avec Sleep Furiously entre les mains, Thumpermonkey a pourtant de quoi séduire un large public.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir