:)
11 Juin 2013

Stagnant Waters

S/T

par Aleksandr Lézy

La démesure prend des proportions astronomiques lorsque l’inconscient collectif s’affranchit des limites préconçues. Les formations existantes, avec plus ou moins de rayonnement, ont tendance à s’enfermer dans le consensus, pour continuer à plaire, leurs musiciens trouvant plus de liberté dans des side-projects qui ne s’imposent pas forcément ce degré de cloisonnement.

Stagnant Waters est né de la réunion de Camille Giraudeau, bassiste de Smohalla, rejoint par Aymeric Thomas, batteur et clarinettiste de Pryapisme et le chanteur norvégien de Fleurety, ex-DHG, Svein Egil Hatlevik. Dans un esprit black metal avant-gardiste, la formation franco-norvégienne prône haut et fort l’effervescence, la folie, la noise attitude, condensées dans un amalgame étonnant de fantaisie étrange et inspirée.

Il aura fallu un travail conséquent de la part de Camille Giraudeau pour mettre en place ce puzzle d’idées. Le guitariste-bassiste mène la musique par le bout du nez, en collant de manière habile de gros riffs brutaux et d’inconcevables parties noise-electro-indus, pour un résultat musicalement dérangé. Une impression de laisser-aller sans contrainte se dégage des différents morceaux. Plus ou moins longue, chaque partie varie entre tempi rapides et processions sonores incantatoires, parfois robotiques, tantôt cruellement organiques. L’auditeur se perd dans un enchaînement d’événements qu’il ne peut ni maîtriser ni prévoir. Les effets de surprise sont nombreux, permettant de découvrir à chaque écoute de nouveaux éléments, des bruits sous-jacents, fruits de superpositions habiles. Le chant se décline de plusieurs façons, tout comme la batterie foisonnante, s’éloignant d’un black metal basique. Il ne faudrait pas que cela soit pris comme une remarque négative, au contraire. Ce premier album sert de grand déballage, décomplexé, affranchi de toutes règles : l’envie de créer une parenthèse abusant de l’expérimentation, de variations industrielles, au-delà des codes originels du genre. Stagnant Waters fait preuve d’une grande force, avec aura, car le projet est inattendu, en dehors du temps musical qui l’entoure.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir