:)
06 Juin 2013

Museo Rosenbach

Zarathsutra Live In Studio

par Aleksandr Lézy

C’est toujours avec une appréhension certaine qu’on aborde l’écoute d’un album réenregistré. Considéré comme l’un disque majeur de la scène progressive des années soixante-dix, Zarathustra (1973) n’est en fait que l’unique proposition de Museo Rosenbach sortie à l’époque ! Il faudra ensuite attendre l’année 2000 pour se sustenter de Exit dont la médiocrité n’a malheureusement pas suscité le même enthousiasme que son prédécesseur.

Avec cette version 2012, on redécouvre le disque sous d’autres coutures. Plus moderne, peut-être même plus mûr, Zarathustra s’inscrit dans le patrimoine des œuvres restaurées. L’œuvre originelle ne s’en trouve absolument pas dénaturée. Les sons vintage sont respectés - même si ceux de guitares ont bien changé - et la production subit une bien belle métamorphose, plus digne des compositions qui composent l’album.
De nouveaux membres accompagnent certains anciens comme le chanteur emblématique Stefano Galifi. Envolées lyriques, breaks décapants, Mellotron à tout va, force du propos et atmosphères grandiloquentes animent cette grande fresque à l’italienne. L’ordre des morceaux a été sensiblement modifié : le morceau fleuve « Zarathustra », cousin du « Supper’s Ready » de Genesis, se voit recalé à la fin du disque, pour plus d’explosivité.

Couleur nouvelle, peau neuve, Zarathustra s’apprécie à un degré autre et prouve à quel point cet album fut riche pour son époque. Museo Rosenbach propose une jolie relecture d’un disque qui semble, quarante ans plus tard, totalement intemporel.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir