:|
05 Février 2013

Machine Mass Trio

As Real as Thinking

par Aleksandr Lézy

Machine Mass Trio est l’addition de Tony Bianco - un brillant batteur new-yorkais réputé pour son implication sur la scène improvisée et ses collaborations avec Elton Dean, Paul Dunmall ou encore Dave Liebman - et du guitariste belge Michel Delville accompagné de Jordi Grognard au saxophone ténor et à la clarinette basse.

Avec cet album sorti sur le label Moonjune, il fallait bien évidemment s’attendre à une musique jazz expérimentale aux instants psychédéliques et atmosphériques. As Real as Thinking n’est pas vraiment ce que l’on pourrait appeler un disque homogène, ni même un « must » de créativité … L’association ne donne pas l’impression d’avoir été suffisamment préparée. C’est sans doute l’inconsistance des improvisations, le manque de nuances et surtout l’incapacité à se fixer un cadre au-delà de celui de la structure de chaque morceau qui ne déborde pas de la « tourne » unique qui frappe le plus.

Ce constat négatif ne devrait pas se produire lorsque l’on connaît l’expérience et le talent de Tony Bianco qui ne démérite absolument pas instrumentalement sur As Real as Thinking. Son sens de la métrique et du groove est implacable. Quant à Michel Delville connu pour son groupe The Wrong Object, adepte de Zappa et de Soft Machine, il surprend par son manque d’imagination outre ses dithyrambes approximatives baignées dans un trop plein d’effets inconsistants.

Hormis le morceau d’ouverture « Cuckoo », le constat peut paraître bien sévère. En effet, il l’est ! Seulement, ce n’est sans compter sur l’exigence des amateurs de jazz farfelus … La concurrence élève le niveau à de telles hauteurs que l’on ne peut plus se contenter d’un minimum de créativité. L’improvisation doit poursuivre un but et sur les dix-huit minutes de « Falling Up » par exemple, cela ne mène à rien !

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir