:)
07 Novembre 2012

Autumn Chorus

The Village To The Vale

par Jean-Philippe Haas

Originaire de Brighton, Autumn Chorus pratique une musique délicate et éthérée, sorte de post-rock pastoral aux influences classiques prononcées. Evoluant tranquillement au rythme d’une pulsation régulière, parfois souterraine, elle met en œuvre des instruments qui n’ont pas souvent l’occasion de jouer ensemble dans ce style, et qui chacun, par sa puissance évocatrice, conte un moment différent de cette fresque contemplative : l’orgue et le glockenspiel de « Three Jumps The Devil », les cordes et la trompette de « You’ll Wait Forever », les voix évanescentes de « Never Worry »… Le chant de Robbie Wilson, entre Jónsi et John Schisler, surplombe le lit de cette rivière calme, qui serpente au gré des doux reliefs d’une lande brumeuse, percée parfois par un timide rayon de soleil. Clé de voûte du disque, « Rosa » représente la face la plus conventionnelle de The Village To The Vale, sans qu’il s’agisse vraiment ici d’un défaut. Au terme d’un premier crescendo explosif dominé par la guitare et digne des meilleurs canons du post-rock, le titre s’apaise, rêve, pour repartir de plus belle sur sa conclusion. Atmosphérique comme Sigur Rós, étrange comme Karda Estra, organique comme Mandrake Project, cet album majestueux donne envie de découvrir le paisible « village dans la vallée », de se promener dans la campagne anglaise une matinée de printemps ou d’automne, lorsque les pensées vagabondent vers les espaces résonant des échos de la mélancolie.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir