:|
12 Juillet 2012

Cowboys From Hell

Big Fish

par Jean-Philippe Haas

Ce n’est pas le jazz qui vient immédiatement à l’esprit quand il s’agit de deviner le champ d’action d’un groupe nommé Cowboys From Hell. Et pourtant, le power trio suisse, malgré son admiration évidente pour Pantera et une section basse/batterie particulièrement musclée, ne foule guère les terres du metal, à peine quelques instants, lorsque la machine s’emballe (« Sandfrau ») ou le temps d’un hommage au gang texan (« Walk »). Big Fish est une collection de titres aux grooves souvent solides et énergiques (« Hymn For The Sailor », « Big Fish ») crées par la basse ronflante de Marco Blochlinger et la frappe à la fois versatile et métronomique de Chrigel Bosshard. Sur cette base rythmique implacable, le saxophone ténor de Christoph Irniger, défiguré la plupart du temps par des effets électroniques et autres filtres, joue le rôle de l’élément perturbateur, tour à tour meneur et libre improvisateur. Cowboys From Hell fait partie de ces groupes modernes qui ne craignent pas de combiner le jazz à toute une palette d’influences. Des réminiscences math rock et drum’n’bass colorent ainsi cet hybride instrumental défroissé au rouleau compresseur. Quelques errances plus atmosphériques, aux thèmes lancinants (« Mary Jane », « Hell Wach ») nuancent la pesanteur de l’ensemble… une piste à explorer davantage à l’avenir ? Débarrassé d’une paire de titres qui jurent franchement avec le reste de l’album (« Hilverblues », « WWW ») et de sa signature sonore un poil trop synthétique, Big Fish aurait pu s’intercaler sans rougir entre Panzerballett et Zappa. La prochaine fois, sûrement.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir