:(
03 Juillet 2012

Van Der Graaf Generator

Alt

par Jean-Philippe Haas

Revigoré depuis 2005 par trois disques de haute tenue, le mal-aimé Van Der Graaf Generator, acteur de l'ombre influent du prog de l'Âge d'Or, sort aujourd'hui Alt, qui succède au superbe Grounding in Numbers (2011). S'exprimant sur cette nouvelle production, Peter Hammill ne ment pas sur la marchandise, lorsqu’il dit qu’Alt n’est pas un album ordinaire, mais « une mixture entre des improvisations enregistrées pendant les balances et en studio, qu'il faut considérer davantage comme des créations sonores lorgnant vers la musique concrète ». Concrètement ennuyeuse, serait-on tenté d'ajouter, mais au moins ne pourra-t-on feindre l’ignorance en cas de déception. La bande à Hammill a toujours pratiqué l’improvisation en studio, mais les expérimentations qui figurent sur Alt sont bien loin d'égaler celles qui figuraient sur le second CD de Present. Tout au plus, les collectionneurs compulsifs apprécieront-ils la versatilité de Guy Evan ou trouveront-ils matière à s’émouvoir un bref instant sur le nostalgique « Midnite or So » et sur l’inquiétant « Dronus ». Mais dans l’ensemble, on ne comprend pas bien ce qui peut motiver le groupe à extraire ces enregistrements de la confidentialité dans laquelle ils auraient dû rester. Comble de l'absurdité, l'album est même proposé en format vinyle, avec neuf titres au lieu de quatorze pour la version CD ! Ces pièces très inégales auraient au mieux mérité de figurer en bonus d'un vrai nouveau disque. On ne saurait trop conseiller à ceux qui voudraient absolument emmener un VDGG sur la plage cet été de troquer cet objet inutile contre le très réussi Live In Concert At Metropolis Studios, London sorti peu avant chez Union Square Music.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir