:|
26 Juin 2012

From the Mouth of the Sun

Woven Tide

par Christophe Manhès

Il y a des genres plus difficiles à chroniquer que d’autres, et c’est bien le cas de l’ambient dans lequel s’inscrit en grande partie From the Mouth of the Sun, nouveau duo électroacoustique composé de Dag Rosenqvist, alias Jasper TX, et d’Aaron Martin. Comment peser une musique aussi vaporeuse, à la rythmique sans vertèbres ? Comment trouver une aspérité à ces décors faits pour « meubler » l’espace comme d’autres meublent la solitude en laissant leur téléviseur allumé ? Quel critère retenir pour qualifier l’informe, le neutre, l’ataraxie musicale ? Alors que Brian Eno a ordonné cet éther, il y a près de trente-cinq ans maintenant, avec sa fameuse série Ambient, que peut bien signifier aujourd’hui de continuer à s’affairer dans cette voie molle ?

Heureusement, s’il n’est pas faux de parler d’ambient à propos de Woven Tide, la conception musicale du tandem sort suffisamment des conventions lénifiantes du genre pour conserver l’attention intacte de bout en bout. En piochant dans l’intensité du post-rock et dans l’assaisonnement electro, s’illumine alors tout un panorama musical teinté d’un sens dramatique exhalant quelque chose du parfum Krautrock sombre et enivrant des origines. On pense à Popol-Vuh, à l’album éponyme d’Ash Ra Temple, mais aussi aux œuvres liminaires de Tangerine Dream telles que Alpha Centauri ou Atem. Modeste dans ses dimensions, mais éloquent dans ses perspectives, Woven Tide dépeint dès lors comme une vision ténébreuse du Purgatoire, et l'on devine derrière les vagues brumeuses de son ambient, loin des visions irrésolues du genre, un vrai tempérament poétique.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir