:|
06 Juin 2012

Sebastian Hardie

Blueprint

par Jean-Philippe Haas

Sebastian Hardie n’est vraisemblablement connu que des plus vénérables d’entre nous ou par ceux qui ont exploré sérieusement les archives du rock progressif. En effet, les Australiens n’ont existé du point de vue discographique qu’entre 1975 et 1976… Deux albums d’un rock symphonique d’excellente facture, Four Moments et Windchase ont néanmoins suffi à construire la petite notoriété du groupe. Une première reformation deux décennies plus tard les verra jouer au feu Progfest de 1994. Ce spectacle donnera lieu au témoignage Live in LA. Quelques autres concerts en 2003 motiveront la composition puis l’enregistrement et enfin la sortie en 2011 de Blueprint.

Si sa production ne trahissait pas sa modernité, ce nouveau disque aurait fort bien pu être le successeur immédiat de ses ancêtres. Toutes les ficelles utilisées sur les précédents albums refont surface sur celui-ci. Ainsi, la guitare de Mario Millo dirige plus que jamais les opérations, solos à l’appui, tandis que les claviers vintage de Toivo Plit se posent en nappes sur un rock souvent pépère et majestueux, pris parfois d’un accès d’hyperactivité au point de flirter avec le hard prog des années soixante-dix (« Vuja de », « Another String… »), avec suffisamment de retenue toutefois pour que les vénérables cités plus haut - ceux qui ont connu le groupe à ses débuts - puissent hocher du chef sans mettre à mal leurs fragiles lombaires. Les passages chantés, aussi rares que bienvenus, sont assurés par Millo également, de sa séduisante voix de jeune homme. Les vétérans de Sebastian Hardie ne connaîtront probablement plus un avenir musical rayonnant, mais quitte à cultiver la nostalgie, autant le faire avec de bons disques. Et Blueprint est de ceux-là !

Commentaires 

#1 harrigoyena 15-06-2012 21:27
Le retour de ce groupe avec un son vintage... Ils ont fait 3 albums studio (en fait le troisième sous le nom de Windchase - "Symphinity", sorti en 1977 avec une partie du groupe d'origine) et un album live - "Live In L.A." ou ils reprennent l'intégralité de "Four Moments".
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir