:)
01 Juin 2012

Lubomyr Melnyk

The Voice of Trees

par Christophe Manhès

Composée et interprétée en 1983 par le Canadien d’origine ukrainienne Lubomyr Melnyk, The Voice of Trees était introuvable depuis près de trente ans. Cette très jolie édition est donc l’occasion rare de redécouvrir cette œuvre imposante et singulière, écrite pour deux pianos et trois tubas. Melnyk, pianiste un peu fou d’une vélocité stupéfiante (il peut jouer jusqu’à vingt notes à la seconde !), est indiscutablement un compositeur atypique qui ne laisse pas indifférent. L'une de ses particularités est d’ailleurs d’avoir réussi à développer son propre langage, justement baptisé « continuous music ». Influencé par la musique répétitive, sa facture se distincte pourtant du mouvement minimaliste grâce à un usage entêtant et « maximaliste » de la réitération frisant la performance surhumaine.

D’une durée de plus de trente minutes chacune, les deux longues pièces qui composent The Voice of Trees tentent de s’approcher au plus près de l’idée que Melnyk se fait du puissant continuum de la vie sauvage et vierge. Et c’est assez saisissant. Jouant de la superposition du débit invraisemblable de ses notes jouées au piano et de la majestueuse force tranquille des tubas, la musique dessine un formidable panorama aux lignes fuyantes dirigées vers l’infini. À l’écoute de ces compositions, sans prémices ni dénouements parce que l’on ne borne pas l’éternité, on éprouve une réelle fascination devant sa puissance évocatrice. Bouillonnement vital et performance pianistique vertigineuse, The Voice of Trees est une œuvre remarquable, intimiste autant que débordante, qui mériterait amplement d’être sortie du seul cercle d’écoute des amateurs de musique en rupture de ban.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir