:|
21 Mars 2012

Flying Colors

Flying Colors

par Christophe Manhès

Quelle affiche ! Cumulé, le CV des membres de Flying Colors doit être aussi long que la liste des décorés de la Légion d'honneur des cinq dernières années ! C’est dire. « Super-groupe » dans la tradition de ceux qui fleurissaient régulièrement durant les seventies, cette nouvelle formation américaine ne comprend pas moins que Mike Portnoy à la batterie, Steve Morse à la guitare et Neal Morse aux claviers, trois musiciens que plus personne ne prend plus la peine de présenter. Viennent s’y ajouter un vieux loup de studio, Dave LaRue à la basse, et un petit nouveau au chant, Casey McPherson, d’Alpha Rev. On attendait donc avec impatience le premier chérubin de cette dream-team qui affiche au compteur, au bas mot deux cents albums !

À l’écoute, Flying Colors se projette sans surprise en terrain connu : ce rock symphonique chromé et lyrique qu’affectionnent particulièrement Mike Portnoy et Neal Morse. Dans l’ensemble, les compositions sont plutôt serrées et auraient sûrement mérité quelques-uns de ces relâchements créatifs auxquels ces instrumentistes nous avaient pourtant régulièrement habitués. Plus gênant encore pour des artistes de cette trempe, l’album met en évidence une digestion peu concluante des influences de chaque musicien. On reconnaît sans effort l’ascendant de Spock’s Beard, Transatlantic et du Steve Morse Band, mais aussi, et de manière un peu trop opportuniste, de Muse (certainement les titres les moins réussis) et du Dave Mathew's Band. La sauce est donc plus proche de la bouillabaisse que du velouté, et au travers d’une production simple sans être rudimentaire, on cherche en vain la musique du groupe Flying Color…

Malgré tout, aucun de ces fameux musiciens ne démérite vraiment. Steve Morse, tout particulièrement, est toujours excellent, voire enthousiasmant quand il propulse ces envolées virtuoses qu’on lui connaît, depuis ses débuts au sein de Dixie Dregs (cf. le solo de « Kayla »). Mike Portnoy joue sobre, ce qui est presque une première. Neal Morse emballe le tout avec un savoir-faire certain et qu’à la limite on ne remarque même plus. Quant à Dave LaRue, le groupe a bien voulu lui concéder une minute de gloire sur « Forever In A Daze ». Reste Casey McPherson et son timbre calibré, qui fait ce qu’il peut pour rentrer dans le moule imposé par ses aînés, mais avec quelques dégâts quand il s’approche des terres haut perchées du rock symphonique de Muse (“Fool in My Heart” et “All Falls Down”).

Oscillant entre le catalogue de styles mille fois abordés dans leurs groupes respectifs et les clins d’œil sans recul vers les formations à la mode, ce premier album de Flying Colors n’apporte malheureusement rien de nouveau. S’il passe tout seul, il ne s’arrête nulle part. Les fans y trouveront néanmoins de quoi s’y sustenter honnêtement. Mais de « super-groupe », Flying Colors n’en a pour l’instant que le titre sur un dossier de presse.

Commentaires 

#1 Neoprog 21-03-2012 09:04
Excellent critique, tout à fait d'accord, on pouvait attendre beaucoup plus de Flying Colors. Difficile de leur faire des reproches, musicalement ça tient très bien la route mais c'est du déjà vu.
Citer
#2 epicentre 21-03-2012 10:38
Excellent disque en ce qui me concerne. Ce disque peut être vu comme de la pop-rock d'excellente facture, intégrant des éléments traditionnellem ent prog.
La section rythmique est très solide sans tomber dans la lourdeur. Steve Morse se met au service de chaque morceau, alternant textures et solos très inspirés, me faisant parfois penser à Alex Lifeson. La voix de McPherson colle plutôt bien aux mélodies et au côté pop voulu sur ce disque. Last but not least, ce bon vieux Neal en numéro 6 :-)
Une belle machinerie bien huilée, très agréable à l'écoute, qui aura le mérite d'être accessible à un large public sans tomber dans la facilité (on évite le piège de "All On a Sunday" des Spock's Beard).
Je reconnais néanmoins volontiers que ce disque n'amène pas grand-chose de neuf. Comme cette bonne vieille bière qui a le même goût que la dernière fois, mais rafraichît et fait du bien par où ça passe. J'achèterai le prochain les yeux fermés (s'il y a)
Citer
#3 epicentre 21-03-2012 10:42
Oh, et si Axl Rose venait à passer par ici, cet album a été composé et enregistré en 9 jours :roll:
Citer
#4 jbprog 24-05-2012 12:04
Tout à fait d'accord avec la phrase d'epicentre : "pop-rock d'excellente facture, intégrant des éléments traditionnellem ent prog" !

J'adhère globalement à cette chronique, et je ne peux m'empêcher de me mettre à la place du chroniqueur pris entre deux écueils ou grilles de jugement :
1> en quoi cette musique fait-elle "avancer" le prog (cf "n'apporte malheureusement rien de nouveau") ?
2> cette musique nous fait-elle, tout simplement, passer un bon moment ? Ai-je plaisir à y "retourner" ?
Débat récurrent...

Peut être, après tout, analysons nous plus les choses à l'écoute, que les compositeurs quand ils produisent leur musique !
Citer
#5 Grenouille25 29-05-2012 14:55
Personnellement , j'ai été très agréablement surpris de cet album et je le recommande..... bien qu'étant un fan de la 1ere heure de Dream Theater, je craignais que Portnoy ne fasse trop de Portnoy et c'est le 1er bon point.....il joue très bien, et il joue juste.....ni trop, ni trop peu (à mon gout en tout cas). Le 2ème bon point pour moi est que je n'avais pas envie d'écouter du Transatlantic ou du Liquid Tension Experiment...ca aurait pu être le cas vu le casting....du coup, je suis aussi satisfait du résultat, qui est un album très mélodique, de pop-rock progressif pour rejoindre les 2 interventions précédentes.
Les solos de Steve Morse sont énorme et mélodieux au possible, les lignes de basses ne sont pas outrageusement exubérantes, mais ca sonne....et de mon coté, j'aime beaucoup la voix de Casey McPherson dont la voix me rappelle beaucoup celle de Chris Cornell.
Citer
#6 StevCals 03-10-2019 00:24
Stomach Upset With Amoxicillin Dosis Kamagra Oral Jelly viagra prescription Amoxicillin Trihydrate 30 Ml Propecia Where To Buy Pharmacy Prednisone India Pharmacy
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir