:|
15 Mars 2012

Twelfth Night

Live at Target – The Definitive Edition

par Jean-Philippe Haas

Jouer du rock progressif instrumental à l’aube des années quatre-vingts n’était certes pas la façon la plus populaire pour ces jeunes Anglais de se faire connaître du grand public. Pourtant, Twelfth Night bénéficie à cette époque d’un réel succès d’estime autour de la ville universitaire de Reading, bien connue pour son festival de rock auquel le groupe participera d'ailleurs à deux reprises avec le chanteur Geoff Mann en 1981 et 1983 (cette seconde apparition a donné lieu en 2010 au DVD autoproduit Reading Rock ’83). Live at Target est leur première œuvre discographique à être gravée dans le vinyle.

Les quatre titres qui composaient le 33 tours original ont été enregistrés en 1981 au Target Club de Reading. Ils sont ici regroupés sur le premier disque et ne présentent guère de différence avec les deux précédentes rééditions au format CD (la dernière en date ayant été publiée en 2004 par Cyclops Records). La prise de son n’a évidemment ni la limpidité, ni la clarté d’un travail professionnel à gros budget mais reste néanmoins très convenable. La musique du quatuor, axée davantage sur les ambiances que sur la technique, consiste à cette période en de longs développements instrumentaux aux thèmes hypnotiques, qui occasionnellement s'emballent dans quelques fébriles chevauchées. Hormis « After The Eclipse », qui donne davantage d’importance aux claviers de Rick Battersby, les compositions sont très largement dominées par la guitare expressive d'Andy Revell et la basse vrombissante de Clive Mitten. Les titres les plus travaillés et les plus riches en atmosphères sont de loin « East To West » et « Sequences ». Les multiples tiroirs de ce dernier, les tensions et apaisements, le spectre d’émotions qu'exprime la guitare de Revell seront plus tard complétés par les textes antimilitaristes et le jeu de scène théâtral de Geoff Mann qui en fera l'un des grands classiques du groupe.

Le second disque contient de nombreux inédits, enregistrés en concert à la même période, exceptés « Afghan Single » et « Für Helene I » qui sont issus de sessions en studio. L’ensemble donne une idée assez précise de ce qu’était un concert complet de Twelfth Night à cette époque, et contient deux autres « classiques » du moment, « Entropy » et « Afghan Red ». La qualité du son reste acceptable et bien meilleure de toute manière que les piètres bonus de Smiling At Grief. L'apogée créatrice du groupe correspondra avec l'arrivée d'un cinquième homme au chant, sur des titres-fleuves comme « We Are Sane », « Creepshow » (Fact And Fiction), « Sequences » (Live And Let Live), « The Collector » (Collector's Item) ou encore « Take A Look » avec Andy Sears (XII). Live at Target – The Definitive Edition est donc à réserver aux complétistes, en attendant une « édition définitive » de Live And Let Live qui s'annonce autrement plus prometteuse.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir