:)
15 Février 2012

Crippled Black Phoenix

(Mankind) The Crafty Ape

par Florent Canepa

On se demande bien où ils trouvent le temps… Crippled Black Phoenix n’est pas qu’un super-groupe réunissant des membres de plusieurs formations alternatives anglaises comme Mogwaï, Electric Wizard ou Howlin’ Lord. C’est véritablement une nouvelle vie qui prend forme, douée de sens aigus, se promenant à la croisée du rock alternatif et du progressif, parfois épique, parfois brut, sachant être intimiste ou planante au gré des trois chapitres qui composent (Mankind) The Crafty Ape.

Par le passé, le groupe a déjà offert quatre albums nés des idées de Justin Greaves, lequel a d’ailleurs récemment annoncé le départ de deux des membres, et ce avant même la sortie de l’album : une fois l’œuvre livrée, le plaisir est consommé et chacun trace sa route. C’est donc à l’auditeur de savoir profiter de ce voyage hétéroclite, prodigué par une communauté intensément créative. Il serait vain de citer des influences car même si telle atmosphère rappelle Pink Floyd, telle batterie est produite dans une couleur proche de Mogwaï, tel riff est stoner, l’œuvre ne singe jamais et fait preuve d’habileté. Si bien que tout ce qui est flamboyant n’est jamais grandiloquent, tout ce qui est macabre n’est jamais plombant, tout ce qui est plus classique jamais lassant, et tout ce qui agrémente (cuivres, scie musicale, violons etc.) toujours à propos.

Il est rare de croiser pareille certitude, au service d’une musique qui sait où elle va et projette son énergie communicative quelle que soit son enveloppe, new wave sur « Laying Traps », progressive sur « The Heart of Every Country », folk sur « Born in a Hurricane » ou « Operation Mincemeat ». Tout foisonne, tout vibre, entrecoupé de quelques pauses salvatrices et de clins d’œil (« What », « Dig, bury, deny »), laissant à peine à l’auditeur le temps de digérer ces rafales post rock.

Le phoenix prend son envol. Vus d’en haut, les canyons sont d’une abrupte netteté, le désert toujours poussiéreux, les aigles racés, les ciels à la fois sombres et lumineux. L’album démarre comme une comédie musicale et s’achève comme une prière rock mystique. Dieu créa la Terre et la donna au singe habile appelé homme. La musique a donné naissance à un groupe terriblement habile et manifestement génial appelé Crippled Black Phoenix. On se demande décidément bien où ils trouvent le temps…

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir