:|
26 Septembre 2008

Sonic Syndicate

Love and Other Disasters

par Guillaume Beauvois

Ces jeunes Suédois, dont l'un des guitaristes a 19 ans, délivre leur troisième album enregistré sous la houlette de Jonas Kjellgren, guitaristes chez Scar Symmetry. Autant dire un gage de qualité. De l'énergie, des refrains presque pop, des riffs acérés, des rythmiques lourdes lorgnant du côté du death metal mélodique et un mélange de chants hurlés et de passages clairs, énoncés ainsi, ces qualificatifs font irrémédiablement penser à toute la horde de formations actuelles dont le fer de lance n'est autre que... Scar Symmetry. La boucle est ainsi bouclée serait-on tenté de dire. L'originalité de Sonic Syndicate réside d'après ses membres, dans sa jeunesse, sa fougue scénique et ses deux chanteurs. Malheureusement, on ne peut apprécier l'apport de deux vocalistes tant leurs prestations se recoupent dans les voix hurlées – les parties chantées étant l'apanage de Roland Johansson qui se débrouille plutôt bien dans les deux registres. De plus, l'ensemble forme un tout trop homogène oscillant entre chansons musclées (« Jack of Diamonds ») et ballades sirupeuses mais tout aussi vitaminées (« Contradiction »). De tout cela ne se dégagent guère de pépites. Certes l'oreille est flattée, la tête se met à basculer convulsivement en rythme sans avertir. Mais on est loin des chefs-d'oeuvre créés par les ténors du genre. Seul « Powershift » mélange le côté grandiloquent et puissant du groupe avec des passages énervés et agressifs et « Damage Control ». Davantage de temps et de recul devrait faire pencher la balance la prochaine fois du bon côté. Avec autant de potentiel, les musiciens gagneraient à prendre leur envol en s'affranchissant de leurs références.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir