:)
01 Octobre 2002

Pain of Salvation

The Perfect Element - part I

par Florian Gonfreville

Le groupe suédois Pain of Salvation sort son troisième album, après Entropia (1997) et One Hour by the Concrete Lake (1998). Ces deux concept-albums très novateurs en matière de metal progressif ont fait grande impression. 

Leur force réside dans le fait que la musique s'éloigne totalement des sentiers trop battus par les clones de Dream Theater. Il faut ici chercher les influences du côté de Faith No More et King's X, dans les rangs de la "fusion" même, si l'on entend ici le mélange parfois rude et violenté de styles a priori contradictoires. L'atmosphère est extrêmement sombre, hallucinée – mais diffère de One Hour by the Concrete Lake cependant. Le chant, très travaillé et extrêmement expressif, est tantôt violent, tantôt magnifiquement mélodieux et la technique de tous les musiciens est époustouflante. Daniel Gildenlöw, maître à penser de la formation, fait preuve d'un charisme certain et pose ainsi une identité réelle. 

Musicalement, PoS illustre parfaitement le mélange d'émotions véhiculées par ce concept album, l'adolescence malheureuse de deux enfants battus, que l'on voit sur la pochette, et de l'expression et du développement de leur personnalité en… on serait tenté de le dire pour filer la métaphore guerrière : en environnement hostile– cet album est la première de deux parties consacrées au sujet… Le thème n'est pas gai et l'album est séparé en trois parties distinctes pour un total de plus de soixante-douze minutes, qui expriment rage, tristesse et mélancolie : voilà pour la dynamique d'ensemble ! La production puissante rend bien compte de la foule de détails et de bruitages qui contribuent à faire de cet album une histoire : n'oubliez pas l'écoute au casque, qui apporte son lot d'intérêt ! Ce troisième album est bel et bien un coup de maître : si beaucoup le considèrent comme la meilleure sortie de metal progressif de l'année 2000, il constitue en tout cas l'assurance d'une excellente surprise pour tous. Attention cependant : les valeurs de ce disque ne sont pas accessibles dès la première écoute. Un peu comme un bon vin qu'il faut laisser respirer, il faut un peu de patience et quelques passages dans le lecteur. Mais quel résultat !

Il est conseillé d’acheter de préférence la version limitée double CD, le CD bonus renfermant lesbonus-tracks japonais des deux albums précédents et une partie multimédia comprenant les vidéo-clips des singles, dont "Ashes", issu de cet album. Il reste à voir comment un album aussi sophistiqué passera le test de la scène. Mais à l'heure de sa sortie, PoS est encore limité à ouvrir pour des groupes plus populaires - Arena sur cette tournée 2000, ce qui n'est pas le meilleur moyen d'en juger. L'avenir reconnaîtra cependant la valeur de ce groupe.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir