:|
02 Septembre 2011

Pikapika TeArt

Moonberry

par Aleksandr Lézy

Inhabituel et pour le moins original, Pikapika TeArt vient de Sibérie ! Ce petit orchestre de musique de chambre composé de sept musiciens pratique un rock d’avant-garde prenant sa source dans la fusion du rock progressif et de la musique classique. Pour leur premier album, ces Russes de Krasnoyarsk sont signés par AltRock, la prestigieuse écurie italienne de Yugen, Finnegans Wake ou encore Aranis pour ne citer qu’eux : privilège de taille pour un groupe qui, espérons-le, saura être à la hauteur !

L’intérêt de ce premier album est multiple. Moonberry se présente comme un fourre-tout d’inspiration classique, contrebalancé par un propos rock progressif. Il faut bien admettre que la troupe possède un très bon niveau musical. Les cordes extrêmement présentes amènent tour à tour calme et fureur, et les nombreux changements de climat arrivent sans que l’auditeur s’y attende vraiment, offrant surprises et revirements de situation significatifs.

Cependant, le caractère encore trop académique de l’ensemble et le calme ou plutôt la gentillesse profonde de chacun des morceaux, diminuent l’impact qu’ils auraient pu avoir si certains moments avaient été… plus relevés. Quelques passages contemporains insufflent certes une part d’énergie, mais la froideur avec laquelle ceux-ci sont joués en limite grandement l’effet.

Constat mitigé au final pour Pikapika TeArt, qui a pris le parti de rester « soft » dans sa démarche musicale, pourtant authentique et gracieusement interprétée. Un peu de chant féminin de-ci de-là, de bonnes mélodies, de très intéressantes strates instrumentales qui permettent à l’auditeur de faire courir ses deux oreilles partout à la fois font la qualité de cet album. Mais, malgré l’osmose qui règne entre les protagonistes, le manque d’énergie nuit à la bonne mise en bouche de ce Moonberry.

Commentaires 

#1 jielpe 12-09-2011 20:56
Je trouve que ce CD est effectivement très sage. Il manque ce brin de folie ou même tout simplement de brin d'âme pour qu'il prenne une toute autre dimension. Les compos sont exécutées avec beaucoup d'application, peut être trop? Album intéressant, mais je n'arrive pas à l'écouter en entier avec toute l'attention qu'il nécessite d'une seule traite, non pas à cause de sa complexité, j'ai l'habitude, mais d'un certain ennui qui fini par me gagner.
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir