:|
27 Mai 2011

Hotel74

Rooms

par Pierre Graffin

Hotel74 est un duo de musiciens français : Alexis Gelinet et Jean-Christophe Villain. À l’instar de Moby en 2005, ils nous proposent, dans ce premier album, la visite virtuelle d’un hôtel, depuis différentes chambres jusqu’à la piscine en passant, bien sûr, par l’ascenseur et le hall. C’est de la pop électro, mâtinée d’ambient clairement assumée, plutôt de bonne facture, qui s’écoute un peu comme la bande originale d’un film imaginaire. Si Moby est une influence évidente, on pense aussi naturellement à Brian Eno que le duo a sans doute également beaucoup écouté.

L’ensemble est instrumental et il y a peu de voix à part quelques chœurs du plus bel effet (« Room72 », « Room87 », « Room40 »). C’est aérien, éthéré et, au final, assez agréable. Les arrangements sont impressionnants pour une auto-production, les instrumentations sont un subtil mélange de musique électronique et acoustique (les jolies incursions de guitare sèche sur « Room74 »), les atmosphères sont tour à tour planantes (« Room88 », « Elevator »), ou plus froides (« Room87 », « Hall »), mais toujours relaxantes. On pense parfois à Sigur Rós mais surtout à Aswefall et leur tube, « Between Us », employé comme berceau sonore d’une publicité pour Air France il y a quelques années. Finalement, le seul souci, à l’écoute de ce genre de musique, c’est de se demander si on ne s’est pas laissé berner à bon compte, si ce n’est pas plutôt esthétisant que véritablement esthétique. On a, disons-le aussi, le sentiment d’écouter un peu le même titre pendant cinquante minutes…

Bref, les allergiques au genre trouveront cela ennuyeux au possible et passeront leur chemin. Les amateurs, en revanche, seront emballés tant par la qualité des compositions que par la production de ce voyage musical onirique. Dans tous les cas, cet hôtel mérite plus qu’un simple détour d’autant qu’il s’apparente plus à un vaste et luxueux palace qu’à une petite auberge de deuxième catégorie ! Ce duo de musiciens a, quant à lui, un indéniable potentiel et il ne manque pas grand chose (plus de mélodies ?) à leur premier album pour en faire un digne ambassadeur du genre. On suivra donc la suite de leurs aventures musicales avec beaucoup d’intérêt…

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir