:|
22 Avril 2011

Lebowski

Cinematic

par Jean-Philippe Haas

Encore faiblement représentée dans les années quatre-vingt dix, la Pologne serait-elle devenue l’autre pays du rock progressif ? Depuis quelques années maintenant, une pléthore de groupes déferle sur le marché, et pas seulement dans la catégorie du néo boursouflé. Parmi les formations les plus intéressantes, on pense bien sûr à Riverside, mais aussi Votum ou Indukti.

Délicate et raffinée, la musique de Lebowski se positionne sur un créneau atmosphérique instrumental. Lancé en 2005, ce projet auto-produit a gagné en ambition au fil du temps, pour un résultat final très professionnel. Cinematic est la bande original d’un film qui n’existe pas. Des extraits de films, essentiellement polonais mais aussi plus connus comme 2001 Odyssée de l’espace ou Le pacte des loups, parsèment le disque en guise de dialogues et contribuent à soutenir des facultés d’évocation qui en feront planer plus d’un. Le piano et les nappes de claviers font mouche, tandis que les arpèges d’une guitare peu encline à l’emballement soutiennent le caractère infiniment mélodique de l’œuvre. Concernant la forme employée, Cinematic ne prend que rarement ses distances avec un rock progressif typiquement européen. Un timide regard vers l’Orient et des passages caractéristiques de l’écriture d’Eric Serra sont les seules libertés que se permet Lebowski. Quelques petites fautes de goût, comme les cuivres synthétiques, viennent émailler un album par ailleurs d’une grande tenue.

Ce disque dispose d’un potentiel de séduction très élevé, notamment pour tous ceux qui affectionnent les productions aériennes, soignées et très mélodiques. Rares sont les auto-productions d’une telle qualité, celle-ci mérite en tous points d’être remarquée.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir