:)
20 Avril 2011

L'Enfance Rouge

Bar Bari

par Mathieu Carré

On avait quitté l’Enfance Rouge en 2007 avec Trapani – Halq al Waadi, disque liant les sonorités du oud aux relents telluriques d’un rock noise abrupt et incisif et qui, à l’image d’un groupe engagé au plus pur sens du terme, suait le combat et le voyage. Depuis, plus de trois années ont passé, charriant les kilomètres par milliers et confortant sans aucun doute dans sa révolte une formation qui livre avec Bar-Bari une relecture agressive et squelettique de leurs précédentes compositions. Et si ces dernières se découvrent aujourd’hui dénuées d’ornementations et de saveurs d’orient, elles restent furieusement actuelles. On découvre ainsi à travers ce disque à la fois le produit de décomposition de son prédécesseur mais surtout la réaffirmation d’une identité forte du paysage musical français, toute en guitares saturées et incantations sauvages d’un grand soir qui tarde à venir. Jouant avec le feu, la provocation, mais avant tout la musique, l’Enfance Rouge ose même convoquer avec talent la voix décharnée d’un Bertrand Cantat à son meilleur pour un « Tostaky » sublimé qui s’amalgame naturellement aux grasses saillies électriques de guitare. Et ce clin d’œil artistique achève de définir Bar-Bari, définitivement à l’image du groupe : noir, rouge, bruyant et diablement bon.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir