:)
07 Mars 2003

Opeth

Damnation

par Julien Negro
Enregistré lors des sessions de Deliverance, cet album était très attendu par les fans impatients de savoir ce qu’allait donner ce disque particulier. En effet, ne pouvant faire figurer toutes ses compositions sur un CD simple, le groupe avait décidé de séparer chacune des facettes de sa musique : Deliverance, le côté death, est donc sorti il y a quelques mois (voir la chronique dans nos pages) suivi par ce Damnation qui représente la facette plus prog du quartette. Bénéficiant d’une production irréprochable de Steven Wilson (Porcupine Tree), Damnation n’avait pas particulièrement besoin d’un son comme celui de son prédécesseur comme Wilson l’a très bien compris : tout est très clair, chaque instrument est à sa place et rien ne vient troubler l’atmosphère intimiste de ce disque.

“Windowpane”, premier morceau de l’album, donne le ton : c’est indéniablement la marque de fabrique “Opeth” que l’on ressent ici, rappelant des titres comme “Harvest” sur Blackwater park ou “Benighted” de l’excellent Still life, avec un petit côté « vieux prog » apporté par le Mellotron et le piano. Les parties de guitares acoustiques règnent en maître (“Death whispered a lullaby” ou le très beau “Closure”) et la distorsion n’apparaît que rarement. La voix de Mickael Ackerfeldt est mise en valeur et s’adapte parfaitement à ses morceaux à la fois originaux et conservateurs, sur “Hope leaves”, par exemple, où les effets appliqués à son chant apportent une autre dimension.
Un sommet est atteint avec le sublime “To rid the disease”, où l’on retrouve d'autres spécificités d'Opeth: les chœurs très présents sur les refrains, les nappes de Mellotron proches de l’utilisation qu’en font Anekdoten ou Paatos - groupe coup de cœur de Mickael en 2002 comme il nous l’a rappelé en interview dans nos colonnes - les lignes de piano cristallines ou encore les soli de guitares bien sentis, sobres, tout en restant dans l’esprit de ce qu’a fait le groupe jusque là.

Passer d’un death metal énervé et complexe à un rock progressif sombre était un challenge, bien qu’Opeth s’y soit déjà essayé par le passé. Essai complètement transformé pour ce Damnation qui, sans révolution, vous fera passer d’excellents moments grâce à ces huit titres tous plus beaux et poignants les uns que les autres. Espérons que le groupe continue dans cette voie, en nous permettant de découvrir à chaque fois l’un de ses multiples visages.
  • Année: 2003
  • Label: MusicForNations

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir