:|
22 Juillet 2007

Age of Nemesis

Terra Incognita

par Christophe Gigon
Age of Nemesis est un groupe hongrois évoluant peu ou prou dans les mêmes eaux que Dream Theater, Vanden Plas, Symphony X ou autres Queensrÿche. Autant le dire tout de suite, dans ce genre surreprésenté, Age of Nemesis est plutôt bon et parvient à tirer son épingle du jeu grâce à des compositions finement ciselées, point trop de démonstrations stériles et de superbes mélodies vocales. A ce propos, la voix de Zoltan Fabian a plus à voir avec celle du chanteur de Vanden Plas que celle de James Labrie de Dream Theater. L’accent hongrois n’est absolument pas marqué, ce qui ne rend le chant en anglais aucunement rédhibitoire.

Age of Nemesis n’est pas un groupe novice en la matière puisqu’il existe depuis 1997 (sous l’ancien nom de Nemesis qui a dû être changé pour des problèmes de droit) et leur premier album (chanté en hongrois) date de 1998. Terra Incognita est leur troisième effort dans la langue de Shakespeare. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer, pour les collectionneurs, qu’il existe une version en hongrois de Terra Incognita qui date déjà de 2002. Si l’on compte tous les albums produits par notre quintette, toutes langues confondues, on arrive au chiffre conséquent de six albums ! Avant le disque qui fait l’objet de cette chronique, sorti sur le label américain bien connu Magna carta en 2007, Age of Nemesis avait déjà sorti des albums dans leur langue nationale même si Terra Incognita n’est que leur troisième album en anglais.

Terra Incognita est un concept album de soixante-sept minutes découpé en douze pistes. L’ensemble, bien que fort bien produit et exécuté, ne va pas bouleverser l’histoire du metal progressif. Depuis Images and Words de Dream Theater (1992) et Operation Mindcrime de Queensrÿche (1988), il semblerait que l’on ne fasse que resservir la soupe à chaque nouveau concept album du genre. Il est bien évident que Terra Incognita ne va pas prendre la place des deux albums cultes cités dans le cœur des aficionados. Cependant, comme il l’a déjà été relevé en début de ce compte-rendu, Age of Nemesis, parmi les centaines de groupes fatigants et médiocres jouant les caniches de la bande à Portnoy, propose un produit de qualité qui pourrait bien satisfaire l’amateur du genre.

D’abord le son, il est fort bon et la production est à la hauteur, ce qui n’est de loin pas toujours le cas dans ce genre de musique ambitieuse souvent mal servie. Ensuite la voix, excellente, et qui n’a rien à souffrir de la comparaison avec Andy Kuntz (Vanden Plas) ou le grand Geoff Tate (Queensrÿche). Ce qui n’est déjà pas rien, vous en conviendrez ! Puis la musique est fort bien construite ; toujours elle sert l’ensemble et jamais la mélodie n’est absente. Même si l’auditeur éclairé se rendra vite compte que les musiciens ne sont en rien manchots, jamais il n’aura l’impression d’entendre l’audition d’un élève d’une haute école de musique américaine. Age of Nemesis a heureusement su faire fi de ces douloureux passages de masturbation instrumentale que nous épargnent de moins en moins souvent les musiciens de Dream Theater. Terra Incognita constitue au final un bon album de metal progressif, de facture très classique, même si ce n’est pas avec de tels produits que le genre pourra se renouveler avant de sombrer corps et bien dans la lassitude la plus crasse.
  • Année: 2007
  • Label: Magna Carta

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir