:|
06 Mars 2003

Cymoryl

Strange Evocation

par Julien Negro
Jeune formation française, Cymoryl fait partie de ces groupes qui s’inspirent largement de Dream Theater et nous délivre un disque dans la pure lignée metal progressif initiée par le quintet américain. Une démo quatre titres et deux passages au fameux festival Prog’ Sud lui ont permis de signer chez Musea pour ce premier album qui risque de faire parler de lui. La production de ce Strange Evocation ne fait pas partie des meilleures entendues mais possède une certaine puissance, permettant ainsi à chaque instrument de se démarquer de l’ensemble.

L’influence Dream Theater époque When dream and day unite et Images and words se ressent dès le premier titre, “Futile things”, et se maintient tout au long de l’album, avec de courts passage empruntés au néo-classique (“Exile”). La guitare est certainement l’instrument qui se détache le plus, et le jeu de Jean-Christophe Panza rappelle par moment les maîtres que sont Satriani ou Vai. Le clavier seconde parfaitement bien les mélodies grâce à des parties complexes ou plus mélodiques où le piano est roi. La section rythmique est également très en place et assure l’assise des morceaux avec groove et puissance. Le seul reproche que l’on pourrait faire à Cymoryl est le chant, assez nasillard et monocorde, qui risque d’en rebuter plus d’un, d’autant que les compositions, pleines de breaks et de changements d’ambiances, auraient très bien pu s’en sortir en version instrumentale. Les premiers morceaux passés, on se fait cependant à la voix d’Alain Puget pour apprécier pleinement les titres : l’excellent “Strange Evocation” et ses huit minutes de virtuosité ou encore les très beaux “My Duty” et “Eternal Being”. Sans être spécialement originale - le style ayant déjà été exploré en long, en large et en travers par le célèbre groupe américain que l’on ne nommera plus - la musique de Cymoryl reste fort bien interprétée et augure du meilleur pour l’avenir de ce jeune groupe sudiste. Nous attendons la suite avec impatience, en espérant que les efforts soient poursuivis.
  • Année: 2003
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir