:|
02 Mars 2003

Falkirk

Magnus Imperium

par Greg Filibert
Falkirk revient avec son second album sous le bras : Magnus Imperium. Son précédent disque, The Day Will Come, nous faisait découvrir un sympathique groupe français de speed metal direct et efficace, bien que perfectible au niveau de l’originalité et de la mise en place. Toujours influencé par Blind Guardian, Helloween ou encore Rhapsody, le quatuor a décidé de passer à la vitesse supérieure avec sa nouvelle réalisation.

Le percutant « Into The Flames » ouvre l’album, et on reconnaît la voix personnelle de Stéphane Fradet. Son timbre plus âpre et agressif que sur The Day Will Come peut surprendre mais colle assez bien au style. On y décèle une certaine similitude avec Hansi Kürsch (Blind Guardian) lors de certains passages. Le plaisant « It Will Be Me » et « One Fate » démontrent que notre chanteur est aussi à l’aise sur des titres plus langoureux. Le tandem guitaristique Bonvalot/Bodin délivre son lot de riffs heavy et de soli mieux maîtrisés qu’auparavant, et fait preuve de plus de cohésion dans ses arrangements et harmonisations. Quant à la section rythmique, là aussi des progrès ont été faits, notamment du côté batterie. Laurent Robalo est plus carré et prend un peu plus de risques sur le plan technique.
Les dix chansons de cet album sont efficaces et suffisamment variées pour ne pas lasser l’auditeur. « Into The Flames », « Riot », « Trial Of Madness » ou encore « Beware My Wrath » et ses accents de Symphony X sont accrocheuses et vraisemblablement taillées pour la scène. Les arrangements de claviers sont simples et font gagner en consistance la musique de Falkirk. Au niveau des reproches, Magnus… n’évite malheureusement pas certains clichés : ainsi quelques riffs, thèmes et passages instrumentaux peuvent sonner de façon convenue. Cependant, un bon point en ce qui concerne la production : hormis une voix mixée en retrait sur certains morceaux, le son est globalement bon et les guitares sont mises à l’honneur !

Falkirk poursuit son petit bonhomme de chemin et parvient à gravir un échelon supplémentaire sur l’échelle de la reconnaissance et de la maturité. Si vous êtes fan de heavy speed teinté d’une fine couche progressive, Magnus Imperium devrait susciter votre intérêt !

  • Année: 2003

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir