Live Report

Änglagård

27 Juillet 2015

Déterrés vivants

par Raphaël Dugué

Le 07 Avril 2015, le Triton a accueilli un événement dans le microcosme du rock progressif. En effet, il s’agissait du premier concert parisien des Suédois d’Änglagård. Le groupe, bien plus actif depuis la sortie de Vijlans Öga en 2012, avait pourtant laissé un sentiment mitigé lors du festival Night of the Prog de Lorelei en 2013 : problèmes de balance, formation peu rodée, etc. Les changements de line-up avaient aussi apporté beaucoup d’interrogations, Tord Lindman qui avait remplacé Jonas Engdegård à la guitare ne s’étant pas montré totalement à la hauteur. Le retour d’Engdegård pour cette tournée de 2015 marque aussi celui d’Änglagård à une formation en sextet avec deux guitaristes, ce qui n’était pas arrivé depuis 1994.

Pour cette première parisienne, la salle du Triton est remplie d’un public qu’on sent déjà acquis à la cause des Suédois. Le concert débute avec un nouveau morceau d’ouverture, « Introvertus Fugu Part I » qui figurait aussi sur Prog på Svenska - Live in Japan , les musiciens font monter la tension petit à petit avant d’exploser dans un maelström progressif dans lequel la puissance du sextet s’exprime avec brio ; le concert est lancé. Mais c’est avec « Höstsejd », l’un de ses classiques, que le groupe montre qu’il a bel et bien dépassé les diffcultés de la tournée de 2013, et si ce morceau, sur le live Prog på Svenska, semblait un peu molasson, il a pris toute sa dimension au Triton : la furie des moments de chaos s’enchaîne parfaitement avec la mélancolie des passages calmes. C’est aussi avec « Hostjed » qu’on a vu que le retour avec une formation composée de six musicien est tout à fait bénéfique pour le groupe. Libéré de devoir assumer toutes les parties de guitare seul, Tord Lindman semble beaucoup plus détendu. Dans les moments calmes Jonas Engdegård change pour l’acoustique qui se mêle à merveille avec l’électrique de Lindman. Dans les moments agressif, les deux guitares électriques se font incisives.

Le groupe alterne ensuite les morceaux des deux premiers albums avec ceux du dernier sans baisser d’intensité et, comme le fait remarquer Tord Lindman, si le printemps est bien arrivé à Paris, il emporte son public dans les ambiances froides et mélancoliques de la Scandinavie. Très concentrés au début du concert, les musiciens se détendent petit à petit et n’hésitent pas à dialoguer avec humour. Même si la petitesse de la scène met la formation un peu à l’étroit, cela n’empêche pas Anna Holmgrem de jongler avec les saxophones, claviers, flûtes et ballons de baudruche ! Linus Kåse aux claviers et Erik Hammaström à la batterie, arrivés en 2013 sont bien intégrés à l’ensemble. Le batteur s’offre même un moment en solo convaincant aux percussions. On pourra cependant regretter que le nouvel album Viljans Öga ne soit représenté que par deux morceaux,« Längtans Klocka » et « Sorgmantel » qui faisaient déjà partie des concerts en 2003. Il aurait été intéressent d’entendre par exemple « Snädorm » et son final majestueux avec cette formation augmentée.

Le concert s’achève avec un autre classique, « Sista Somrar » qui finira de convaincre le public parisien qu’Änglagård reste bel et bien un acteur majeur de la scène progressive contemporaine avec une prestation de grande classe. Ses membres resteront même discuter avec leurs fans et signer des autographes dans une ambiance détendue.

Concert du 07.04.15 / Le Triton (Paris)
http://www.anglagard.net/

Galerie

Photos par Fabrice Journo

Commentaires 

#1 aa123 25-07-2018 11:48
The aaa grade replica watches Swiss replica watch industry might be ticking a little slower this year compared to previous luxury breitling replica years — due predominantly to a cooling market in Asia — but it’s still headed for replica hermes handbags store record growth this year. That’s according to the organisers of louis vuitton replica handbag Baselworld, the world’s biggest fake watches and jewellery fair held in swiss replica watches the Swiss.
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir