Live Report

Steve Hogarth

02 Février 2012

In bed with Steve H.

par Florent Canepa

La promotion de son disque en compagnie de Richard Barbieri à peine achevée, Steve Hogarth fait un cadeau de nouvelle année à son public parisien. Précédemment exprimé en Espagne, le concept natural H permet de découvrir en concert la tête pensante et solaire de Marillion de manière totalement intimiste, son piano seul s’imposant physiquement entre les fans et l’artiste. Steve Hogarth nous invite à prendre part à une discussion ouverte et sympathique, au cours de laquelle on retrouve pêle mêle ses influences, ses premiers émois devant Deep Purple, des anecdotes au sein de son groupe actuel... En amorçant non pas avec un des ses morceaux mais avec « Instant Karma » de John Lennon, le chanteur nous précise implicitement qu’il ne s’agira quand même pas là d’une psychothérapie de groupe mais bien d’une suite de petites tranches de vie où l’humour du bonhomme est omniprésent. On y croise ses maîtres à penser, de John Lennon qui reviendra au détour d’« Imagine » revisité mais aussi de Kate Bush, Tom Robinson avec « War Baby » ou David Bowie qui clôture le concert avant le rappel avec « Life On Mars ». On se plaît à rire devi ses petites piques envers Fish (après tout, Steve aussi a des racines écossaises), de ses erreurs sur certaines suites d’accords au sein des morceaux ou encore de l’oubli des paroles sur certains passages. L’émotion qui passe pendant tout le concert est celle d’un immense respect pour ce talent savamment et mélodiquement distillé. La carrière de Steve Hogarth est dense et comme la set list n’est pas fixée, le public s’amusera tout naturellement à réclamer ça et là au cours de l’exercice tel ou tel morceau qui l’a tant marqué. Steve Hogarth est ainsi d’autant plus excusé pour ses quelques errances et il en joue, s’en amuse, avouant qu’il regrette au passage d’être si vieux et de ne pas avoir toute sa tête. En empathie totale avec son public, il explique d’ailleurs dès le début le concept, via un discours introductif hilarant.

Côté musique, il y en a pour tous les goûts et toutes les époques : de son groupe des années quatre-vingt The Europeans qu’il regarde aujourd’hui avec un mélange de condescendance et de tendresse aux derniers hauts faits d’arme de Marillion (« This Train is My Life », fantastique mélange de douceur et d’énergie comme le sera « Goodbye To All That »). En partageant ses souvenirs sur la genèse des chansons (« Easter », dédié à l’Irlande dans sa composition même, comme un clin d’oeil celtique ou encore « Better Dreams », inspiré de ses passages à Los Angeles), il offre un rare moment d’intimité dans lequel ce qui se passe entre les chansons est tout aussi important que les chansons elles mêmes. Mais plus que cela, il démontre, tout en humilité, l’influence qu’il a naturellement eue sur Marillion, depuis Season’s End. On insiste en particulier sur la pierre angulaire pop que fut Holidays in Eden (« Dry Land », « The Party » ou « Cover My Eyes » qui termine le concert de façon euphorique). Le passage au dépouillement acoustique ne nuit nullement à l’ensemble car Steve Hogarth habite chaque moment (à cet égard, « Map of The World », arrangé très rock sur album ne souffre d’aucun défaut sauf quelques trous de texte). Du début à la fin, la voix magique et envoûtante traverse, jusque dans des extrêmes de fragilité et de force, les deux heures que durent le concert. Plus de deux heures en réalité qui ne seront en aucun cas un juke box artificiel mais bien la biographie toute en lumière, sans décor et sans prétention, de Monsieur. Un grand Monsieur. Sincerly yours, Steve H.

Concert du 21 janvier 2012 / Divan du Monde (Paris)
www.stevehogarth.com

Galerie

Photos par

Marjorie Coulin



Commentaires 

#1 StevCals 07-10-2019 07:12
Antiobiotics And Keflex cialis cheapest online prices Zithromax Pimples Zithromax Boots
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir