Edito

BILAN 2010

27 Décembre 2010

L'ascenseur musical pour l'échafaud ?

par L'équipe de Progressia.net

Avant d'entamer une nouvelle décennie, la rédaction revient sur les temps forts qui ont marqué cette année 2010 entre révélations, confirmations et chutes d'artistes. Quels sont ceux ayant trouvé grâce à nos yeux, ou au contraire ceux ayant perdu toute crédibilité ? Progressia a tout au long de ces douze mois tenté de faire la lumière sur les acteurs de genres musicaux liés à l'école de pensée progressive, sans toutefois perdre de vue la qualité à la quantité, afin d'orienter au mieux son lectorat dans ce dédale de production artistique tous azimuts.

ÉVÉNEMENTS

Inattendus pour la plupart, rassurants pour d'autres, les grands moments qui ont émaillé 2010 restent sans conteste le départ de Mike Portnoy de Dream Theater, le leader et batteur ayant décidé de prendre un recul nécessaire après vingt-cinq ans passés à la tête du groupe, une première pour Shadow Gallery de pouvoir enfin fouler le sol européen après dix-huit ans d'attente, en passant par Paris, la capitale française ayant également accueilli Opeth pour sa tournée baptisée Evolution XX – An Opeth Anthology, dont le succès critique et commercial n'est plus à débattre et qui a su confirmer son statut de formation culte de la décennie passée.

Ce fut également l'année des décisions prises, souvent à regret, pour des musiciens ne pouvant jongler avec tous leurs impératifs, à l'instar d'Exivious, fruit de la rencontre entre des membres de Textures et de Cynic, jeune talent qui disparaît après un album éponyme en tout et pour tout, ou encore la séparation du groupe américain Isis, dont les musiciens estiment avoir fait le tour de la question, tout comme les français d'Ex-Vagus, et ELP qui annonce tirer son ultime révérence.

Enfin, un dernier hommage doit être rendu aux grands de ce monde qui nous ont quittés : Don Van Vliet alias Captain BeefheartRonnie James Dio (Black Sabbath, Rainbow, Roger Glover), Anto Praboe (Discus), Morris Pert (Brand X), Steve Lee (Gotthard), Peter Steele (Type O Negative) et Bo Hansson.

ALBUMS

Aussi étonnant que cela puisse paraître, on retiendra de cette année 2010 dans les albums qui tiennent le haut du panier en premier lieu de magnifiques rééditions des inaltérables Bitches Brew de Miles DavisIn a Glass House de Gentle Giant, et 4 VIsions d'Eskaton, ou encore la version rallongée du Bitte Orca des Dirty Projectors sorti initialement en 2009.

Encore inconnus il y a peu, et pourtant si irrésistibles avec leur entrée tonitruante dans la cour des grands, les Français de Marvin (Hangover the Top) et de Citadel (Textures of the Impact) prouvent que l'Hexagone possède un vivier de musiciens doués et plein d'avenir ; une épreuve du premier album passée haut la main tout comme les Américains de Periphery venus donner du fil à retordre aux plus téméraires avec leur séduisant djent.

C'est également la confirmation d'artistes qui ont su garder le cap malgré les affres de la production discographique et les années qui passent. Ainsi l'increvable compositeur Arvo Pärt revient avec une suave Symphonie n°4 , tandis que les femmes ne sont pas en reste avec l'ambassadrice de la nouvelle tendance folk Joanna Newsom et son remarquable triple albumHave One on Me.

Enfin, Jaga Jazzist insiste plus que jamais sur la mixité des talents humains avec One-Armed Bandit, qui a enfin ouvert les portes de la reconnaissance au collectif sur le sol français, à l'image des Australiens de Karnivool, dont l'erreur de ne pas avoir de distribution est désormais réparée avec la découverte de Sound Awake, superbe second disque qui a su magnifier les codes du metal.

Ils ont également remporté l'adhésion des membres de la rédaction et sont prêts à tout pour prouver dans les années à venir qu'il faudra encore et toujours compter sur eux : Circle,YugenL'EscouadeJónsiAnathemaSpock's BeardTinyfishJames LaBrie, Melissa Auf der MaurPain of SalvationCynicShaolin Death SquadPhloxFonderiaAlexis GideonEquilibriumGrasscut et Oceansize, parmi tant d'autres...

DVD

Au rayon du support versatile, idéal pour passer un hiver rugueux au chaud et pour ceux qui auraient raté ces artistes en concert ou qui souhaitent s'imprégner de leur implication dans le monde de la musique, difficile de passer à côté de l'intarissable Steven Wilson avec Insurgentes, à conseiller à ses fans les plus acharnés, en concert avec Porcupine Tree surAnesthetize, ou encore avec une passerelle érigée vers ses protégés d'Opeth et leur In Live Concert at the Royal Albert Hall filmé à l'occasion de leur tournée anniversaire.

Les indécrottables fondus du Rush trouveront également à se repaître de Beyond the Lighted Stage, tandis que les plus aventureux se délecteront des ménestrels des temps modernes avec Alamaailman Vasarat (Haudasta lomilla) et de l'autre Secret Chief 3 (Live from the Great American Music Hall), quand d'autres se rassureront avec Marillion (Out of Seasons), No-Man (Mixtaped), Pagan's Mind (Live Equation), Quidam (Strong Together), Twelfth Night (MMX), et un petit tour d'horizon de la scène progressive en compagnie de Romantic Warriors, une jolie saga en images bien ficelée. 

CONCERTS

Ils ont écumé la France avec des prestations qui auront retenu l'attention de notre équipe de fin limiers prêts à braver les intempéries et les salles les plus bouillantes. Comme certaines sorties d'albums sont généralement accompagnées de dates pour les promouvoir, c'est non sans surprise que JónsiAnathemaJoanna NewsomBiffy ClyroCynicPain of SalvationKloneMelissa Auf der MaurSpock's Beard, tous auteurs de remarquables albums cette année se placent en tête de liste des affiches parisiennes qu'il ne fallait pas rater, tout comme la présence de Shadow Gallery, en chair et en os, ou encore une fois Opeth fêtant leurs vingt bougies dans un Bataclan furibond.

Outre une programmation toujours aussi rutilante au Triton des Lilas, avec GutbucketMats/Morgan Band et Electric Epic en tête, la province et la Suisse – où Progressia a depuis quelques temps son antenne relais – ont également proposé des shows à la hauteur des espérances avec notamment ceux de GazpachoHoney For Petzi et Chevreuil en terre helvète, et surtout un sublime doublé Marvin et Extra Life pour les provinciaux les plus téméraires.

FLOPS

Amères déceptions, tirs confus d'artistes qui s'acharnent et s'époumonent en vain, 2010 n'aura pas été l'année escomptée pour certains qui ont essuyé de cuisants échecs. Qu'ils fassent débat au sein de la rédaction quitte à la diviser, ou qu'ils n'aient pu satisfaire les attentes placées en eux, on oubliera au plus vite leurs albums. Ainsi les noms de Pure Reason Revolution et Angra sont les grands vainqueurs de cette année, suivis de SBBVirgin SteeleBlind GuardianYoSoStar One et Brendan Perry, et on ne parle pas de la scandaleuse loi HADOPI !

ESPOIRS

Nouveaux venus dans la galaxie progressive, qu'ils aient été à bonne école ou qu'ils possèdent le talent pour s'accomplir et s'émanciper avec grâce, The New LoudSun DomingoMindflowDreyelands, NiTesujiCharlie Barnes et Otargos ont prouvé qu'ils avaient les dents longues. Mais il reste un groupe qui a définitivement tiré son épingle du jeu, les jeunes Anglais de TesseracT avec leur brillant mini album Conceiling Fate EP, en attendant le premier album intitulé One, à sortir début 2011.

2010 clôture une première décennie du XXIe siècle qui n'aura pas véritablement vu naître de styles musicaux émergents notoires, même si elle a néanmoins confirmé le mariage des genres. C'est un fait, la musique trouve dans le passé de quoi faire avancer le présent et s'inscrire dans le futur. Or si les différents revivals bien maquillés sont parvenus à nourrir les oreilles des mélomanes profanes ou avertis, ils ont surtout souligné le manque cruel d'inspiration musicale. En espérant que 2011 soit le début d'une nouvelle ère riche en rebondissements et en nouveautés artistiques. Progressia continue de se porter garant dans sa mission d'information afin de partager avec le plus grand nombre une passion qui n'en reste pas moins exaltante à bien des égards.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir