Interview

Cryptex

08 Février 2012

Déchiffrage d'une révélation

par Dan Tordjman

Cryptex, une des révélations de l’année passée, sans aucun doute, est parvenu avec son premier album Good Morning, How Did You Live? à captiver un auditoire pas forcément acquis à sa cause. En faisant preuve d’audace, d’imagination et surtout en ne s’imposant aucune limite musicale, le trio allemand a su se faire une place dans de nombreux média. Afin de savoir quel était le secret de cet essai transformé, nous avons interrogé Simon Moskon, bassiste-chanteur-artiste à tout faire et Martin Linke guitariste de la formation.

Chromatique : Il parait difficile de passer à travers la traditionnelle question d’usage… celle qui consiste à vous présenter à nos lecteurs.
Simon Moskon : Cryptex est né au printemps 2008 suite à mon association avec Ramon Fleig. Après avoir auditionné quelques guitaristes nous avons trouvé Martin Linke qui fait partie du groupe depuis mai 2008. Nous avons immédiatement commencé à plancher sur des titres et, par la suite, sur des arrangements et une direction musicale potentielle. En 2009 nous avons eu l'opportunité de donner un certain nombre de concerts à travers l'Allemagne. Nous les avons organisés en majorité nous mêmes et sommes donc rompus à l'exercice scénique. Cela nous a permis d'accroître notre noyau de fans. En 2010, nous avons commencé à travailler sur ce qui allait devenir Good Morning, How Did You Live?… Le reste fait désormais partie de l'histoire, nous voici aujourd'hui à faire cet entretien avec vous ! Que demander de plus ? (Rires)

Cryptex n’est composé que de trois artistes. Pourquoi cette formation en trio ? Dans le cadre des concerts, faites-vous appel à des musiciens additionnels ?
C'est vrai qu'en studio on peut se permettre des choses avec pas mal d'instruments. Mais le fait est que sur scène, nous sommes trois et cela ne changera pas. Pourquoi ? Parce que nous créons tout à trois. En live, un leader chante, joue de la basse, la délaisse de temps à autre pour des claviers ou du didgeridoo, nargue le public en criant, ou en rugissant comme un lion. Oui, c'est moi ça ! (Rires). Donc il se passe beaucoup de chose et ça maintient le public éveillé. Quand tu vas voir un groupe avec une ossature classique, il n'y a pas grand chose à attendre : il joue son set sans trop de surprises. En revanche, lorsqu’on entend Cryptex de l'extérieur, on pense qu'il y a au moins quinze personnes sur scène mais quand on se rend compte qu'il n'y a que trois gars qui sont tout sauf des top models et qui se donnent totalement, ça éveille davantage l'intérêt. Pour toutes ces raisons, Cryptex continuera dans cette formation-là.

Y a t-il un concept dans Good Morning How Did You Live ?
Martin Linke: Simon est venu avec il y a quelques années. Il avait déjà l'idée visuelle en tête… ne manquaient plus que les titres. On s'est retrouvé avec pas mal de morceaux, peut-être plus qu'il n’en fallait, mais la ligne de conduite était de ne pas s’éloigner de l’idée directrice. Plutôt que de la décrire, je préfère dire que c'est un peu comme si tu marchais sur une ligne rouge : des images te viennent à l’esprit et tu te construis ton propre concept en regardant les photos du livret etc… Un peu comme si tu ouvrais une porte vers un monde parallèle et à ce moment-là, on te pose la question : Good Morning, How Did You Live ?

L’album a eu de nombreux retours de la part de différents magazines et sites dont certains sont très pointus comme Classic Rock Presents : Prog, Pavillon 666.fr et Chromatique. Ce qui nous amène à la question suivante : comment qualifier Cryptex ? Ces larges influences (Queen, Neil Young, la musique Ragtime,…) et ces instruments inhabituels présents sur le disque ne nous y aident pas !
Oui, on n’y échappe pas non plus à cette question ! (Rires). En théorie, nous sommes un groupe de folk rock progressif. Avec une telle définition, on s’adresse à tout le monde : du journaliste musical au type que tu vas rencontrer au pub au coin de ta rue. Cela parle un peu plus aux gens. Cryptex, c’est juste de la musique avec les éléments que j’ai mentionnés auparavant. Les étiquettes, c’est bon pour tous ces grands groupes qui ne se cantonnent qu’à un seul style musical. Or, ce n’est pas notre cas. Selon moi, nous brassons large mais pas encore assez à mon goût. Le champ de l’Art est tellement vaste qu’il vaut le coup d’être constamment exploré et c’est ce que nous essayons de faire. Le coté ragtime vient de notre batteur qui est autant influencé par le funk, le free jazz des années cinquante, par les scènes de New York et Chicago que par Pink Floyd ou Pain of Salvation. Mes influences sont plus marquées : on retrouve les Beatles, Queen à qui je voue une admiration sans limites, ça s’entend notamment à travers les chœurs et les arrangements. Martin aime bien, quant à lui, les éléments un peu plus modernes, limites indus. Ce mélange est unique. Pas dans le sens nouveau et révolutionnaire, simplement, c’est ce qui nous représente le mieux et résume notre manière de faire. Si les groupes à venir pouvaient avoir la même approche, je pense que le milieu s’en trouverait changé. Je n’ai pas la prétention d’être un précurseur, des groupes comme The Raconteurs ou Porcupine Tree se sont déjà chargés de poser les bases.

Visuellement, on peut parler d’un rappel qui nous renvoie à l’univers de Tim Burton et à un degré moindre peut-être à celui de Terry Gilliam… J’ai également vu une certaine similitude avec le clip que Doctor & The Medics avait fait pour leur titre « Spirit in the Sky » ?! Connais-tu cette vidéo ?
Le clip que tu cites ne me parle pas, il faudrait que je regarde. Pour Tim Burton, je parie que tu fais référence à Sleepy Hollow, Alice au Pays des Merveilles ou Sweeney Todd ?

Oui.
Il y a effectivement ce côté sombre, propre à cet illustre metteur en scène qui joue un rôle dans notre univers. C’est un nom qui revient régulièrement, mais nous ne sommes pas des fans déclarés du Monsieur. Pour autant, aucun d’entre nous n’est fortement influencé par Tim Burton. Cela peut paraître arrogant dit comme ça. Mais dans notre vie privée, nous sommes des gens on ne peut plus ennuyeux et silencieux par certains aspects. Nous fermons les yeux et suivons notre instinct. Ce que tu vois dans le livret et sur notre site internet compose l’univers de Cryptex, c’est une image de notre personnalité et de notre musique. Sur Good Morning How did you live, des titres sont difficiles d’accès et certains, dans le public, ont parfois du mal, ce qui est évidemment compréhensible. Le graphisme, la musique, les photos du disque, sont tellement différents que les gens n’y voient pas forcément de lien. Si quelqu’un achète le cd à l’instinct, l’écoute, nous envoie un e-mail avec ses impressions, c’est mission accomplie. Si, en plus, elle nous dit que le visuel n’a rien à voir avec la musique et que c’est ce qui l’a intriguée, alors là, c’est la cerise sur le gâteau ! Dès lors, le monde imaginaire de Cryptex ne lui sera plus inconnu avec le prochain album.

Quels ont été les retours concernant Good Morning, How Did You Live ?
Sincèrement, ils ont été bien au delà de nos attentes. En regard de ce que je viens de te dire, je pensais que nous aurions droit à un lynchage en bonne et due forme de la part de la presse spécialisée. Il faut le reconnaître : nous avons eu de la chance ! Un grand magazine papier comme Classic Rock Presents : Prog ainsi que de nombreux webzines européens ont, semble-t-il adhéré, notamment en Norvège, en Grande-Bretagne, en Italie et en France.
Martin :
Les journalistes ont d’abord eu l’air surpris avant d’être enthousiastes à notre sujet.
Simon : Il y a bien eu quelques journaux qui n’ont pas été séduits et qui ne se sont pas gênés pour le faire savoir. Mais peu importe, de nombreux groupes se font descendre, alors à ce stade, un de plus ou de moins, qu’est-ce que cela change, au final ? Pas grand chose. Le plus important c’est faire transmettre le message. Le bouche à oreille est encore ce qui marche le mieux aujourd’hui. Tous ces retours positifs sont encourageants et nous sommes très reconnaissants envers les personnes qui nous les ont adressés. Cela nous donne envie de travailler encore plus dur pour notre prochain disque.

Dans notre chronique nous avons pointé le fait qu’il y avait beaucoup de titres au format court. Vous fait-on régulièrement la remarque, et de fait, prévoyez-vous de vous atteler à des morceaux plus longs ?
Martin :
On a eu effectivement des retours concernant la longueur de certains titres. Comment l’expliquer ? Quand on écrit, on a différentes parties en tête, l’idée vient après. Nous ne sommes pas du genre à faire tourner un seul et unique riff sans arrêt. Qu’ils soient courts ou longs nos titres sont ce qu’ils sont et c’est ce qui nous représente le mieux. Certes, la plupart de ces morceaux est assez compacte, mais ils vont droit au but et c’est bien là l’essentiel. Tu faisais allusion à « A Colour Called Gently », notre plus longue pièce à ce jour. Au moment d’écrire ce titre, Simon avait déjà pratiquement la totalité du morceau en tête. Cela n’enlève rien à la spontanéité des autres. Bon, d’accord, il ne passera jamais en radio (Rires) on le sait, mais on a dans la besace d’autres tubes potentiels. « Freeride »est le premier qui me vient à l’esprit. Nous travaillons sur du nouveau matériel actuellement. Je pourrais passer des heures à te parler de la manière dont on compose mais là n’est pas le propos. Je confirme ce que dit Simon. Faire tourner un riff en longueur pendant une heure ? Très peu pour nous. Il se pourrait tout de même que certains morceaux soient un peu plus longs sur le prochain disque… ou pas ! La question n’est pas de savoir si nous sommes à l’aise sur des titres plus longs ou plus courts. Nous sommes simplement guidés par la musique. En tournant un peu le propos à la dérision, je pourrais dire que nous passons, en revanche, de longues heures sur des titres courts (Rires). Entre les arrangements, les changements… on ne compte plus !

Que pouvez-vous nous dire sur les nouvelles chansons ?
Simon :
Je ne peux rien dire, non pas par envie, mais parce que j’en suis incapable. A ce stade, on en est encore au niveau de la gestion des ego de trois musiciens qui peuvent vraiment se montrer pénibles. Nous sommes perfectionnistes. Aujourd’hui, nous disposons de cinq titres complets. Les chœurs, qui étaient importants sur Good Morning… seront présents, au même titre que des éléments plus « groovy », pêchus et aussi épiques. Peut-être mettrons-nous l’accent sur les refrains. N’allez pas croire que nous cédons là aux sirènes commerciales. La production sera également plus importante. Plus que tout, nous cherchons à composer quelque chose de nouveau. Quel intérêt pour nous de faire Good Morning, How Did You Live 2 ?

Quel est l’état des lieux de la scène progressive allemande ? Il fut un temps où des groupes comme Vanden Plas, Superior portaient le flambeau. Aujourd’hui on peut citer Helloween, Edguy ou Sinner. Y a-t-il selon vous des formations au potentiel prometteur, susceptibles de percer ?
Simon :
Non. Ce sont principalement des groupes de metal-core qui occupent le devant de la scène, ainsi que des guitar-heroes qui veulent devenir les nouveaux Eddie Van Halen ou Yngwie Malmsteen. Un autre style se voit de plus en plus et cartonne en Allemagne : ces formations menées par des filles très propres sur elles accompagnées par des musiciens au look limite grunge, un peu comme Nena. Niveau progressif, c’est triste à dire mais c’est plutôt calme.

Le mot de la fin ?
Bonne année (interview réalisée le 4 janvier, ndlr) à tous tes lecteurs et à tes collègues de Chromatique.net. Un grand merci pour l’intérêt que vous portez à Cryptex. Figurer dans vos colonnes est un honneur. Je caresse l’espoir que certains lecteurs s’intéresseront aussi à nous dans un futur proche grâce à cette interview et à la chronique que vous avez publiée.

Interview réalisée le 4 janvier 2012

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir