Interview

Vanden Plas

01 Novembre 2002

Vanden Plas

par Greg Filibert

Origine : Allemagne
Style : Metal progressif
Formé en : 1985
Line-up:
- Andy kuntz (chant)
- Torsten Reichert (basse)
- Andreas Lill (batterie)
- Stephan Lill (guitare)
- Günter Werno (claviers)
Dernier album : Beyond Daylight (2002)

C’est dans le lounge de leur hôtel qu'Andy Kuntz et Andreas Lill nous ont aimablement reçus, peu après leur performance électrique à l’Elysée Montmartre. Fatigués, mais visiblement heureux de l’accueil réservé par la capitale, ils nous parlent de leurs side-projects, de Dieu, et de l'avenir.
Follow them into their world…

Progressia : Tout d’abord, félicitations pour le show de ce soir ! Comment vont les choses pour Vanden Plas actuellement ? Où en sont les ventes de Beyond Daylight ?
Andy Kuntz :
Merci ! Il se vend très bien. Bien que tout le monde enregistre ces temps-ci des ventes amputées de 40%, les chiffres sont meilleurs que pour Far off Grace. Si les temps étaient meilleurs, on pourrait parler de succès commercial.

Il semble que le metal connaisse un regain de popularité ces derniers temps. L'avez vous ressenti ?
Andy : Il est possible que le Metal soit mieux accepté, mais le gros problème, c'est la copie illégale d'albums : les gens copient à tout va et la conséquence de tout ça est que le marché s'effondre. Les groupes voient leurs ventes chuter de près de 40% et cela devient alors difficile pour eux de continuer... C'est une situation très étrange.

L’avènement des musiques électroniques y est peut-être également pour quelque chose ?
Andy : Je ne suis pas sûr . Je pense que ce problème de téléchargement concerne tous les types de musiques. Vraiment, la possibilité de s'échanger de la musique sur Internet n'est pas une si bonne chose que ça. Cela entraîne une récession du marché, et même si le Metal parait être plus populaire, les gens n'achètent pas les albums, donc...

Etes vous toujours "obligés" de travailler sur d'autres projets ?
Andy : Oui, en ce moment nous travaillons sur un projet portant sur l'histoire du Comte de Monte Cristo qui sera adaptée pour le théâtre. Je travaille également sur un projet qui va peut-être devenir mon projet solo avec Andreas et d'autres musiciens, moins connus mais très talentueux. Nous sommes actuellement en phase de production, cela devrait sortir mi-2003. Nous allons également, avec le reste du groupe, jouer Nostradamus au Théâtre d'Etat, à Kaiserlautern : Ce sera un mélange entre performance live et représentation théâtrale, avec toutefois plus de comédie que de musique.

Comment avez-vous été amenés à participer au projet Missa Mercuria ?
Andy : Andreas en sait plus que moi à ce sujet.
Andreas Lill : Missa Mercuria a été imaginé par Karin Foster. C’est une sorte de comédie musicale mettant en scène les dieux de la mythologie grecque. Karin s'est adressée à notre management pour trouver des musiciens et leur proposer de participer à son projet: d’en écrire la musique, comme c’est le cas pour Günter et Stephan, et pour l’interpréter. Beaucoup d’autres musiciens sont impliqués : des gens de Pink cream 69, Silent Force...

Comment va le poignet de Stephan (Lill, guitariste), est-il enfin guéri ?
Andy :
Oui...je pense... (se concerte avec Andreas)
Andreas : Stephan n’a pas encore récupéré 100% de son niveau antérieur, il a encore quelques douleurs dans le poignet, mais globalement, ça va, il est capable de jouer. Tous les pains qu'il a fait ce soir ne sont pas dus à ses problèmes de poignet, il a seulement joué comme un trou-du-c.. ! (rire général)

N'avez vous pas l'impression que Vanden Plas est un peu un "outsider" de la scène Metal-Prog ? Vous avez visiblement pris le parti d’écrire de vraies chansons cohérentes, là où d'autres choisissent la démonstration technique...
Andy :
En fait, nous n'avons pas vraiment l'impression de faire partie de cette scène... les journalistes veulent toujours te coller un nom... Parfois c'est le terme progressif. Disons que la musique que nous jouons est une forme très mélodique de rock, avec en effet une certaine dose de parties instrumentales : les journalistes l'ont taxée de "progressive". Mais je ne pense pas que l'on puisse être comparé aux autres groupes de prog, d'un point de vue stylistique s'entend...

Vous êtes donc peut être plus proche en cela d'un groupe comme Queen, que de...Dream Theater ?
Andy : Oui, peut être... mais je ne pense pas avoir la distance nécessaire pour en juger. Nous cherchons juste à proposer une musique mélodique et accrocheuse, et à prendre du bon temps sur scène.

Et que pensez-vous de la scène Metal-prog, écoutez vous des groupes oeuvrant dans cette mouvance ?
Andy : En fait j'écoute de tout, mais je suis malheureusement trop occupé pour, disons, aller au magasin et chercher des nouveautés.
Heureusement, notre maison de disques en Allemagne, Inside Out, nous envoie parfois certaines choses, comme par exemple les dernires Flower Kings ou Enchant, que j'aime beaucoup. 
Mais je ne connais absolument rien de la scène progressive, j'écoute des choses totalement différentes.

Qu'en est il d'un AcCulT deuxième du nom ? Est-ce toujours d'actualité ou avez-vous abandonné l'idée ?
Andreas :
Nous n'avons pas à proprement parler abandonné l'idée, mais c'est avant tout une histoire de temps : il est plus important pour nous de sortir un nouvel album électrique qu'acoustique comme AcCult. Nous avons besoin de matériel heavy. Mais l'idée est toujours là...
Andy : Ce projet était d’actualité il y a deux ans... et puis l’album live est sorti, et nous nous sommes dit qu’il était peut être temps pour un véritable nouvel album heavy. Actuellement nous projetons de sortir un DVD, et ensuite nous aurons besoin d'un album électrique.
Andreas : et cela repousserait également trop loin la sortie d'un nouvel album électrique : la conception d'un album nous prend entre 1 an et demi et 2 ans, l'adjonction d'un album acoustique porterait ce délai à 3 ans... Cela fait trop long.
Andy : Nous ne somme pas si rapides que ça dans le processus d'écriture. Pour un album, habituellement, on écrira 12 chansons, dont 10 seront assez bonnes pour figurer sur le disque... Comme Andreas l'a dit, les délais seraient trop longs.

Qu'en est il du projet Abydos ?
Andy : C'est ce dont je parlais tout à l'heure. Cela va peut être devenir, en fin de compte, mon projet solo. Au départ, Abydos devait être un véritable projet commun, avec Andre Matos, Ian Parry et Anneke de The Gathering, Mais la maison de disques a tellement de projets de ce type actuellement sur le marché, qu'elle voulait abandonner Abydos.
Puis Amazon s'y est intéressé, et nous aimions tellement les chansons que j'ai décider d'y apposer mes propres paroles et de le sortir en tant qu' album solo...C'est super car ce sera totalement différent de ce que nous avons pu faire jusqu'à maintenant.

Mais le nom restera Abydos ?
Andy : Nous devons en reparler la semaine prochaine, mais il y a 90% de chances pour que le nom soit bien celui-ci.

Sur Beyond Daylight , il semble que vous ayez porté un soin particulier aux arrangements. La marque de Günter ?
Andy : En effet. Günter s'est chargé du gros de la phase de pré-production. Il dispose d'un home studio chez lui et a écrit seul 50% des arrangements. Le groupe a apporté le reste. Stephan, lui, a composé la moitié des chansons : nous avons ensuite travaillé chez Günter, avant de commencer les répétitions.

J’ai entendu qu'Andy produisait des groupes. Est-ce une activité à laquelle vous aimeriez vous consacrer d'avantage à l'avenir ?
Andy : Oui, j'ai produit deux albums d'un groupe pop/rock allemand. Ils ont signé chez une Major et sont assez célèbres là-bas, les choses marchent bien pour eux. Quand j'en ai le temps, produire des groupes est une activité que j'apprécie beaucoup.

Si cela ne dérange pas Andy, nous aurions quelques questions concernant le concept de Beyond Daylight...
Andy : (hésitant) Pour parler franchement, ça me fait un peu peur. Cela peut sembler puéril mais...tout ça est une espèce de vision, dont je n'ai jamais parlé, sauf une fois, pour une interview, ici, en France. J'avais expliqué la signification des paroles de "Healing tree", et quelques jours plus tard, mon père décédait... (NdRC : ce décès a eu lieu en avril 2002. Lors de l'interview comme du concert, il est apparu évident qu'Andy était toujours très atteint par la disparition de son père.) Alors je sais que cela peu paraître étrange et puéril, mais je n'ai pas très envie de m'aventurer trop loin d'ans l'explication de ce concept.

Dieu, la religion et la nature sont des thèmes récurrents dans les textes de Vanden Plas, et ce, depuis Colour Temple, avec "The soul survives". Te définis-tu comme chrétien, agnostique, athée, voire païen...ou tout simplement comme un homme en quête ?
Andy : Je ne peux pas prétendre être religieux. Je crois en Dieu, d'une façon personnelle. L'écriture des paroles est à ma charge, mais le groupe possède un droit de regard sur les textes définitifs. Mais la signification des textes est avant tout la mienne et n'engage que moi...C'est une question très personnelle. J'écris avant tout ce que je ressens.

Considérant l'abondance de thèmes communs et récurrents dans The God ThingFar off Grace et Beyond Daylight, est-il possible de considérer ces albums comme une sorte de "trilogie" sur le thème de la métempsycose ?
Andy : En fait, mes convictions n'ont pas vraiment changé durant la réalisation des ces albums. J'ai à chaque fois essayé de mettre mes émotions et mes idées dans mes chansons. Bien sûr, il est possible de trouver des choses en rappelant d'autres, 5 ans en arrière. Mais je ne parlerai pas de trilogie, je pense qu'il faut considérer chaque album comme une entité en soi.

Pour nombre de fans, Beyond Daylight est votre album le plus brillant et le plus abouti. Vanden Plas, semble-t-il, se bonifie avec chaque disque. Avez vous l'impression de plafonner actuellement ? Ou bien y a t-il de la place pour l'amélioration, et dans quel sens ?
Andy : Oui, toujours. On ne peut pas savoir... (S’adressant à Günter, assis un peu plus loin) Hé Günter, viens avec nous ! Viens nous aider !
En fait, nous sommes très ouverts d'esprit, et essayons toujours d'aller de l'avant, de progresser, que ce soit dans le fait d'écrire pour le théâtre ou autre chose... Mais on ne peut jamais savoir dans quelle direction ira le prochain album. Actuellement nous baignons dans ce concept album, cet opéra-rock sur le Comte de Monte-Cristo, dont beaucoup de chansons sont déjà prêtes... mais nous pensons déjà au stade supérieur. Et les fans de Vanden Plas peuvent s'attendre à toujours mieux de notre part.

Y a t il un groupe ou un artiste dont la carrière soit un modèle pour vous ?
Andreas : Non, car nous venons tous d'horizons musicaux très différents, il n'y a donc pas vraiment de groupe que nous aimerions "suivre". J'espère que les gens nous reconnaîtrons pour notre propre style, nous ne cherchons pas à copier .Bien sur, nous avons chacun été influencés par divers instrumentistes... Chacun est de toutes façons influencé, par tout ce qu'il a entendu au cours de sa vie, d'une façon ou d'une autre... mais non, il n'y pas de groupe "spécial" que nous prenons en référence.

Vos projets immédiats, après la tournée ?
Andy :
Le théâtre, Nostradamus, l'album sur le Comte de Monte-Cristo, Abydos, la sortie de notre DVD, la production de groupes…
J'ai pas mal de CD à la maison : beaucoup de jeunes groupes faisant partie de la nouvelle vague metal-prog allemande, qui ne cesse de s'améliorer. Quelques-uns me plaisent beaucoup, et si j'en ai le temps, je pourrai peut être faire quelque chose pour eux...Cela devrait être assez pour les deux ans à venir (rires) !

Greg Filibert et Sami Meziani

Interview réalisée le novembre 2002

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir