Interview

Andromeda

13 Août 2007

Andromeda

par Julien Damotte

ENTRETIEN : ANDROMEDA

  Origine : Suède
Style : Metal progressif
Formé en : 2001
Composition actuelle:
David Fremberg - chant
Johan Reinholdz - guitare
Martin Hedin - claviers
Fabian Gustavsson - basse
Thomas Lejon - batterie
Dernier album : Chimera (2006)

A l’occasion de la sortie du premier DVD du groupe, Playing Off The Board, Progressia a fait le point avec le chanteur David Fremberg sur le contenu de ce DVD et sur l’actualité du groupe.

Progressia : Andromeda vient de sortir son tout premier DVD. Comment ce projet s’est-il concrétisé ?
David Fremberg : Nous avons été contacté par Metalmind Productions qui nous a demandé si nous étions intéressés par un DVD live. Evidemment, nous avons répondu: « oui ! ». Nous avons sauté sur l’occasion et je suis vraiment content que tout se soit aussi bien déroulé.

Pourquoi avoir choisi la Pologne pour filmer ce DVD ?
Pour la bonne et simple raison que le siège de Metalmind Productions s'y trouve. Ils ont souhaité travailler avec une équipe et une salle qu’ils connaissaient bien. Ce fut assez étrange pour nous puisque c’était notre tout premier concert en Pologne.

Après être parti en tournée avec Robert Engstrand aux claviers, pourquoi était il important de faire ce DVD avec Martin Hedin ?
Martin est un élément essentiel d’Andromeda pour plusieurs raisons: en effet, non seulement c'est l'un des compositeurs principaux mais c’est aussi lui qui produit les albums. Il aurait été inconcevable de sortir un DVD sans lui. Malheureusement, il n’a pas pu nous accompagner sur la dernière tournée, mais c'était pour la bonne cause puisque son fils venait de naître. Robert a vraiment assuré lors de la tournée, comme très peu de musiciens auraient pu le faire, mais nous n’aurions jamais pu faire ce DVD sans le « véritable » line-up d’Andromeda.

Comment avez-vous choisi les morceaux ?
Nous voulions que chaque album soit représenté équitablement. Nous avons donc dû nous asseoir autour d'une table et en discuter. Le résultat final ressemble à notre setlist habituelle, mais nous avons retiré certains titres pour en ajouter d’autres. Nous avons procédé démocratiquement et je pense que nous pouvons être satisfaits du résultat. Plusieurs éléments doivent être pris en compte lors de l’élaboration d’une setlist. Pour conserver l’attention du public, il faut un certain nombre de changements, de variations. Cinq chansons d’affilée au même tempo risquent fort de lasser et il en va de même si l’on ne varie pas les tonalités. Enfin, il faut toujours réserver un moment de calme aux spectateurs après un long passage instrumental. Il faut prendre tous ces détails en considération pour que le résultat soit à la hauteur.

Pourquoi avoir retiré « Chameleon Carneval » de la version audio du concert (cd bonus) ?
Il n’y avait pas assez de place pour ce titre et nous n’avons pas voulu sortir un double cd. De plus, une version live de « Chameleon Carneval »était déjà présente sur l’édition japonaise de Chimera

Qui a choisi le reste du contenu du DVD ?
Moi, principalement. La consigne de Metal Mind était de mettre autant de bonus que nous le souhaitions; c’est ce que nous avons fait. J’emmène mon caméscope partout et je me suis dit que ça serait marrant de faire quelques road movies. En tout cas, c’est le genre de choses que j’aimerais voir sur le DVD d’un de mes groupes favoris. J’espère que les gens apprécieront, même s’il est vrai qu’il y a quelques moments plus que loufoques.

Et qu’en est-il du concept graphique ?
Le design numérique est une de mes passions. J’adore m’amuser pendant mon temps libre. Les autres membres du groupe ont insisté pour que je m’occupe des illustrations et je dois avouer que suis très fier du résultat.

L’image et le son sont très professionnels. Qui a été responsable des choix artistiques (prises de vues, mixage, lumières…) ?
Martin Hedin s’est occupé du mixage audio et, comme d’habitude, il a fait un super boulot. Nous avons tous eu un droit de regard sur le montage et les bandes ont fait plusieurs allers-retours entre la Pologne et la Suède. Néanmoins, c’est l’équipe de production polonaise qui a fait le plus gros du travail.

Parlons de votre chant. Poser votre voix sur des structures plus complexes les unes que les autres ne semble vous poser aucun problème. Est-ce quelque chose de naturel pour vous ou cela a-t-il requis un minimum d’entraînement ?
Quand j’ai rejoint le groupe, il m’a fallu un temps d’adaptation. Chanter sur des mesures asymétriques était quelque chose de complètement nouveau pour moi, d’autant plus que les lignes mélodiques d’Andromeda sont loin d’être évidentes. Par conséquent, j’ai passé un certain temps à décortiquer les chansons de Extension Of The Wish avant le premier concert. Puis, petit à petit, tout est devenu de plus en plus naturel et je suis complètement à l’aise maintenant. Le fait d’enregistrer les chansons en studio aide beaucoup puisque cela permet de les examiner dans les moindres détails. Enfin, on réécoute les chansons des milliers de fois lors du mixage. On finit par assimiler complètement toutes ces mélodies, même si je dois avouer que j’ai toujours du mal à chanter certains passages dans deux ou trois chansons, principalement à cause du rythme.

Quels sont les autres styles de musiques dans lesquels vous vous sentez à l’aise et que vous aimez chanter ?
Tous les styles de musiques me plaisent. J’ai écumé les clubs en tant que chanteur solo pendant des années et il fallait que je sois capable de chanter dans tous les registres de façon convaincante. Pour être à l’aise sur scène, il faut sentir que le public aime ce l’on fait. A ce moment-là, il n’est pas exclu de prendre son pied sur du blues ou même de la variété. Mais, depuis tout petit, mon cœur a toujours penché pour le hard rock et le metal.

Diriez-vous que ce DVD reflète l’ambiance de la tournée ?
Tout à fait ! Je pense qu’il contient l’essence même d’Andromeda, en terme de musique bien sûr, mais aussi en terme d’esprit. C’est le DVD que j’aimerais acheter moi-même.

Pouvez-vous nous reparler de cette dernière tournée européenne?
Nous nous sommes beaucoup amusés. Nous avons joué dans des endroits formidables, et dans d’autres qui l'étaient beaucoup moins; cependant, la réponse du public a toujours été excellente. Nous sommes contents d’avoir pu revenir en France le temps de deux concerts, c’est vraiment une de nos étapes préférées.

Avez-vous un souvenir précis en tête, un moment particulier?
Il se passait toujours quelque chose, mais il y des détails qu’il ne vaut mieux pas révéler. De toute façon, les meilleurs moments sont dans les bonus du DVD.

Concernant le quatrième album d’Andromeda, que pouvez-vous dire pour attiser la curiosité des lecteurs de Progressia ?
Il ne reste plus que quelques parties de guitare et de claviers à enregistrer et il sera terminé. J’ai pu écouter trois titres grossièrement mixés hier et ça sonne. Il y aura neuf titres, comme d’habitude, et le plus long dure plus de quinze minutes. C’est probablement l’album le plus heavy que nous ayons fait.

Un titre ? Une date de sortie?
Non, pas encore

Quel est le futur proche d’Andromeda ?
Nous répétons activement pour le Sweden Rock Festival. Depuis octobre, nous n’avions répété que des titres du nouvel album, et il faut par conséquent dépoussiérer un peu les anciens titres. Quant au nouvel album, il devrait être mixé d’ici la fin de l’été et nous espérons bien repartir en tournée après sa sortie, mais il est encore trop tôt pour en parler.

Et votre futur proche en tant que chanteur ? Vous avez chanté sur le dernier Space Odyssey récemment. Avez-vous d’autres projets dans la même veine ou même un album solo ?
Non, pas d’album solo. Enfin pas pour l’instant. En revanche, j’ai plein d’autres projets en tête. Travailler avec Richard Andersson pour le nouveau Space Odyssey a été une très bonne expérience et je pense que cet album contient plusieurs de mes meilleures performances en matière de chant. Je viens aussi de finir d’enregistrer le chant pour l’album d’un autre groupe : Truth. C’est un très bon disque avec Jaime Salazaar (Flower Kings, Midnight Sun) à la batterie et Sven Cirnski (Bad Habit) à la guitare. C’est Jonas Reingold (Flower Kings, Karmakanic) qui l’a produit et il a aussi joué quelques parties de basse. Sven a écrit tout l’album; c’est du rock brut à son apogée. Il sortira en automne.

Le mot de la fin ?
J’espère revenir très vite en France. On vous adore !

Propos recueillis par Julien Damotte

site web : http://www.andromedaonline.com

retour au sommaire

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir