Dossier

Emerson, Lake & Palmer

23 Août 2016

...ou l'alpha et l'omega (troisième partie)

par CHFAB

WORKS Vol II (1977)
Dans la foulée suit le deuxième tome sérieux des aventures du super groupe de méga stars… Pardon pour cette ironie mais il est certain que cette sixième publication n'est pas fameuse, trop ponctuée de bluettes taillées pour la radio et d'acrobaties anecdotiques dans la lignée honky tonk et autres rock’n’rolleries… Le piège du grand écart. Le cœur n'y est-il déjà plus? Le pachyderme semble s'effondrer sous son propre poids, à force de n'avoir plus d'entrave, pour au bout du compte n'avoir plus d'entrain… Viendra 1978 pour qu'on constate à quel point l'histoire de la musique va connaître un tournant particulièrement profond, et assez dramatique. Depuis 74-75 déjà des centaines de formations remarquables ont disparu, du fait d'un manque de soutien et de succès, et c'est maintenant au tour des ténors du prog, jusqu'ici chefs de file artistiques de la décennie, qui vont littéralement muter pour perdurer commercialement (certains n'y résisteront pas), délaissant leur liberté créatrice, parfois jusqu'aux références même de leur inspiration première, pour verser dans un calcul artistique irrémédiable: celui de l'industrie. Tout est consommé. Ils offriront, tous, sans exception, leur pire album cette année-là (à part Genesis peut-être, qui y viendra plus tard, mais pour s'y vautrer sans la moindre retenue, et jusqu'à en éclipser sa toute première et si magnifique carrière). Enquêtez, vous en deviendrez fou ! ELP ne déroge évidemment pas à cette règle désolante, car après une année sabbatique, et l'envie déjà très forte des membres de se séparer, vient l'obligation contractuelle d'un nouvel album… Ainsi, à reculons, les voilà tous les trois à nouveau réunis pour

LOVE BEACH (1978)
Qui l'a déjà écouté ? Rien que le titre sonne comme une vaste blague (au mieux), voire une insulte (au pire) ! On se croirait dans un feuilleton pour touristes condescendants, avec équipage en short de rigueur… Hélas, la pochette entérine le ton: voilà nos trois génies torse-poil, ultra bronzés, sourire Ultra-Brite, campés fièrement au beau milieu d'une nature littorale, sous un ciel de carte postale… On entend presque les vagues lécher le rivage… Indécent… La musique qui en découle résonne comme une tarte à la crème, en regard de l’œuvre immensément fouillée qu'ils ont offerte. Un vent désespérément consensuel domine Love Beach, en une sorte de reniement, qui ne sera avoué que bien plus tard par ses protagonistes. Et c'est bel et bien le tiroir-caisse qui motivera cette dernière commande commune, assénant de sa banalité mielleuse mi funèbre l’absence de huit ans qui s'en suivra… Le torchon brûle, et l'âge d'or du rock progressif entre définitivement dans sa légende. Emerson se tourne vers la musique de film, Lake végète, occupé à lutter contre alcoolisme et autres soucis de santé, quand à Palmer, il va toucher le jackpot avec Asia, l'autre nouveau super groupe à venir, en compagnie d’autres cadors venant de Yes et King Crimson, groupe qui n'en finira jamais de changer de line-up depuis, jusqu’à la caricature, courant encore après les cartons mondiaux des débuts. En 1985, le claviériste et le bassiste-chanteur retentent l'aventure avec Cozy Powell (batteur chez Jeff Beck, Rainbow, Whitesnake). Le résultat est honorable, malgré les sonorités datées et les faibles ventes… Une autre fois, sans Lake mais avec Palmer et le multi-instrumentiste américain Robert Berry, se fonde le groupe intitulé 3 (To The Power Of Three en 1988). Et puis de nouveau le silence, pour 4 ans…

BLACK MOON (1992)
Retour inespéré et véritable baroud d'honneur pour le trio de nouveau en selle, suivi d'une tournée mondiale formidable, forte d'un album enfin digne de ce nom, même si pas aussi brillant qu'auparavant. On y retrouve la même envie de renouer avec la grande musique (« Romeo And Juliet » de Prokofiev). On renoue avec les cavalcades, les arrangements classieux, des sonorités plus actualisées, et les belles mélodies de Lake, à nouveau en grande forme. On y reverra (au feu l’Elysée Montmartre, à Paris) le sieur Emerson torturer sa bécane à coup de couteaux de boucher, avec une jubilation enfin dégagée de toute prétention. Un album live suivra, au Royal Albert Hall, histoire d'en faire aussi profiter ceux qui n'étaient pas là, et à raison, car la prestation traduit fidèlement le niveau retrouvé à cette fête.

Et puis, et puis… On retombe à nouveau dans la soupe, avec un In The Hot Seat qui lui non plus n'a pas grand chose à sauver, dominé par un Lake un brin crooner, le seul motivé, peut-être, de l’affaire… L’oeuvre studio s’arrête là, jusqu'à la fin inéluctable annoncée par la disparition de Keith Emerson, par suicide.

Une chose pourtant frappe durant toutes ces années d'errance créative: malgré une créativité proche de zéro, jamais ELP n'a sorti autant de nouvelles parutions depuis le milieu des années 90. Comment expliquer ce fait ? Il faudra un jour énumérer le nombre ahurissant de compilations et vrais-faux live édités jusqu'à ce jour. De quoi rendre chèvre jusqu'aux plus fervents aficionados, qui en ont perdu leur latin à bien des reprises, faisant parfois doublon (voire plus !) dans leurs achats, sous prétexte que le titre ou la pochette sont différents et renferment une version live inédite, au beau milieu d'une brochette de morceaux mille fois entendus et possédés. Là encore, ELP ne brille pas par sa discrétion, même si, on veut bien le croire, c'est aussi le jeu des majors de remplir ses poches. Combien de nos groupes phares d’antan ont connu même destin? Les plus fameux d'entre eux, les plus révérés, car aussi les plus talentueux et inouïs à leurs débuts, optant eux aussi pour la tête de gondole, au même rang qu’un sponsor de boisson énergisante...Désolant...

On l'aura compris, c'est toute l'histoire du rock progressif qui se joue, finalement, à travers Emerson Lake & Palmer, en véritable alpha et omega de ces quasi dix années mirifiques de rock progressif, du génie indépassable au naufrage mercantile le plus méprisable, récit d'une période si singulière de l'histoire de la musique, quelque part entre le vingtième et le début du vingt-et-unième...

Pour achever ce dossier forcément incomplet, rendons un dernier hommage à Keith Emerson et à son choix de se donner la mort, constatant à quel point ses douleurs carpiennes à la main ne pouvaient lui permettre plus avant de tenir la scène à lui seul. Le bilan de santé fut sans appel et les quelques concerts prévus à l’avance, désormais annulés, comprenaient la présence d'un soutien aux claviers, c'était dire le sérieux de ses blessures. Dès le milieu des années 90, il commençait à souffrir de ses muscles et tendons et avait subi une ou deux interventions chirurgicales dans le but, sinon de guérir, du moins de prolonger ses capacités. Emerson était un instrumentiste, fondamentalement, avant que d'être compositeur. Le fait de ne plus avoir la possibilité d'exercer son art, avec l'excellence et la flamboyance qu'exigeait sa musique, a suffi à lui ôter toute raison de vivre. Saluons ce geste terrible et magnifique à la fois, celui d'un artiste brillant sans le moindre doute. Comme pour entériner le phénomène, cette fin le propulse encore une fois, et pour une grande partie, dans la grande légende de la musique. Aujourd’hui son héritage est encore considérable.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir